© FRANCOIS GUILLOT / AFP
- Publicité -100_468x60

(AFP) – « Personne ne pourra le remplacer »: la Fashion Week de Londres portait mardi le deuil de Karl Lagerfeld, créateurs et fashionistas rendant hommage à sa carrière exceptionnelle, source d’inspiration pour « des générations » de professionnels du secteur.

180 Strand, en plein coeur de Londres: c’est ici que se trouve le centre névralgique du grand rendez-vous britannique de la mode. L’endroit fourmille d’acheteurs, de photographes, de mannequins courant d’une présentation à l’autre, et de créateurs, connus ou pas.

Après plus de 80 défilés et présentations depuis vendredi, la Fashion Week s’achève mardi. Sur une note sombre: « C’est une telle perte. Je sais qu’il n’était pas si jeune, mais je ne m’y attendais pas. Une telle nouvelle pour le dernier jour de la Fashion Week, c’est tellement triste », confie ému, Edson Toniato, un étudiant en mode, costume noir et col roulé bordeaux.

La nouvelle étant tombée à la mi-journée, certains viennent tout juste de l’apprendre. « Je l’ai appris sur la route pour venir ici, ça a été un choc. Je n’ai pas encore vraiment réalisé », dit Niamh Kerins, une autre étudiante en mode, vêtue d’un manteau léopard.

Girly, une chanteuse croisée devant le 180 Strand, a elle aussi du mal à réaliser. Karl Lagerfeld, dit-elle, cultivait une « telle image », avec ses éternelles lunettes de soleil et sa crinière blanche, « qu’on pensait qu’il n’était pas humain, qu’il n’avait pas d’âge. Donc l’idée même qu’il soit mortel est choquante ».

– ‘Il vivra éternellement’ –
L’émotion laisse rapidement place à l’hommage: pour le public de la Fashion Week, le flamboyant couturier allemand, mort à 85 ans, étant un « géant » de la mode au talent exceptionnel, mais aussi une source d’inspiration.

« C’est un moment historique pour la mode », souligne David Martin, chef d’entreprise dans la presse spécialisée, saluant « l’audace » dont faisait preuve Lagerfeld, mais aussi sa capacité de travail, sa propension à « tout contrôler, jusque dans les moindres détails ».

« Il a inspiré des générations et des générations », insiste-t-il. Citant également Donatella Versace et Giorgio Armani, David Martin estime que « ces génies ont fait l’industrie de la mode que nous vivons aujourd’hui. Sans eux, nous n’en serions pas là ».

Kitty Shukman, 24 ans, fait partie de ces générations bercées par les défilés Karl Lagerfeld. Cette jeune styliste, diplômée en 2018 du London College of Fashion, dispose d’un petit stand au sein de la Fashion Week, où elle expose ses créations: des chaussures sportswear au look futuriste et audacieux.

« Pendant mes études, j’ai toujours recherché des références dans son travail », explique-t-elle.

Elle aussi loue son aptitude à « travailler incroyablement dur »: « Son dévouement envers Chanel était incroyable. C’est quelque chose dont je veux m’inspirer pour ma carrière: montrer ce même dynamisme, cette même passion », poursuit-elle, sans pouvoir s’empêcher de sourire en repensant à une de ses citations les plus célèbres: « Les pantalons de jogging sont un signe de défaite ».

« Personne ne pourra le remplacer », juge de son côté Ann Marie Haynes, employée dans le merchandising mode. Mais qu’importe, ajoute-t-elle aussitôt: « A travers son travail et (ceux qu’il a inspirés), il vivra éternellement ».

source AFP-Relaxnews