© Bill Bertram via Wikimedia Commons

(Relaxnews) – En août 1982 sort le Commodore 64, un ordinateur qui a alors fortement participé à faire entrer l’informatique dans les foyers. Il se vendra à près de 20 millions d’exemplaires, un score inégalé.

Dévoilé au CES de Las Vegas (États-Unis) quelques mois plus tôt, le Commodore 64 sera donc un colossal succès de vente. Outre ses applications bureautiques, ce sont surtout les jeux qui rendent cet ordinateur populaire auprès du grand public, avec plusieurs milliers de titres rapidement disponibles.

Le tout premier modèle intègre un processeur MOS 6510 cadencé à 1 MHz ainsi que 64ko de mémoire vive. À l’écran, la définition est au maximum de 320×200 pixels, en 16 couleurs. Il est en outre possible d’y brancher des périphériques : écran, imprimante, lecteur de cassette ou de disquette, manette de jeux, etc. À son lancement, cet ordinateur était vendu en France à un peu moins de 4.000 francs (environ 600 euros), un prix très compétitif pour l’époque, surtout comparé à l’Apple II, vendu quasiment trois fois plus cher.

Par la suite, le Commodore 64 sera décliné dans des modèles un peu plus performants. L’ensemble des jeux compatibles seront disponibles dans le commerce jusqu’en 1994, date de la faillite du constructeur américain.

De la success-story à la faillite

Sous l’impulsion de son créateur Jack Tramiel et de son associé Jay Gould, Commodore lance son tout premier ordinateur en 1977, le PET 2001, comprenant un petit écran, un clavier et un lecteur de cassette. Quelques années plus tard, la société connaît le succès avec le VIC-20, alors bon marché et simple à appréhender. Ce modèle est d’ailleurs à l’origine du Commodore 64. À partir de 1985, la gamme d’ordinateurs Amiga (1000, 500, 600…) termine d’asseoir la mainmise de Commodore sur le marché des ordinateurs personnels, avant que la déferlante des PC sous Windows ne lui soit fatale.

L’immobilisme de Commodore, ainsi que l’échec de la console CD32, conduisent l’entreprise à la faillite en 1994. La marque renaît en 2007, sans succès, à travers une nouvelle gamme de PC haut de gamme à destination des joueurs. Désormais entre les mains d’entrepreneurs italiens, elle tente un nouveau positionnement sur le marché du mobile.

source AFP-Relaxnews