Xavier Collin à gauche et Djamel Menaï entourent le réunionnais Florent Sinama-Pongolle.
- Publicité -web-nx-docks-mini

A quelques heures du 16e de finale de la Coupe de France de football, opposant le SAS Épinal au club d’Outre-mer de la Jeunesse Sportive Saint-Pierroise (La Réunion), l’assistant coach des Boutons d’Or, Djamel Menaï, fait le point sur la situation.

Djamel, vous voici de retour avec le SAS Épinal en 16e de finale de la Coupe de France, 2 ans après la défaite contre l’Olympique de Marseille (0-2), déjà en 16e de finale et 7 ans après le succès contre le FC Nantes (1-1, 4-3 TaB), qui avait fait suite au succès contre l’Olympique Lyonnais en 32e de finale. D’excellents souvenirs dans la tête des supporters spinaliens. Comment ressentez-vous vos joueurs à quelques heures de ce match très attendu ?

Djamel Menaï – C’est vrai que ce sont d’excellents souvenirs pour nos supporters, nos joueurs et tout le staff du club. Épinal est une équipe de coupe ! J’aime à le penser en tout cas. Et les joueurs le démontrent chaque année, ou presque car nous figurons généralement bien dans cet exercice. Avant cette rencontre, je ressens un groupe concerné et serein. Ils ont effectué une belle semaine de travail à l’entraînement et ils abordent ce match comme un autre, avec l’importance que doit être un match à ce niveau de la compétition.

Ce club réunionnais évolue en R1, le SAS qui évolue en N2 est-il favori ?

D. M. – Non, car les clubs d’Outre-mer ne peuvent pas évoluer plus haut que le championnat régional. J’estime que cette formation a un niveau de N2 ou de haut de tableau de N3. Elle ne sera donc pas à prendre à la légère, on l’a vu face à l’ES Thaon, qu’elle a éliminé au 8e tour (1-1, 5-3 TaB) ou contre Niort en 32e de finale (2-1). Je veux que nous affichions autant de sérieux que contre Mulhouse ou Sannois-Saint-Gratien.

Le groupe spinalien est-il au complet ?

D. M. – Non, Sofiane El Rhayti est suspendu et Jérémias Tango s’est blessé le week-end dernier contre Saint-Quentin. Il a une lésion à la cuisse qui devrait l’éloigner des terrains pendant un mois.

Quel est le programme avant le match de samedi à 13 h ?

D. M. – Nous avons fait un bon dernier entraînement, ce vendredi en début d’après-midi. Et nous avons décidé de laisser les joueurs tranquilles, en famille ce soir. Le rendez-vous est fixé à demain matin, dans un café spinalien pour un brunch tous ensemble et entretenir cette cohésion d’équipe jusqu’à l’heure du match.

Le stade va être bien rempli puisqu’on annonce une jauge proche des 3 000 spectateurs. C’est une bonne pression pour les joueurs ?

D. M. – Excellente même. Ils adorent jouer devant un stade rempli. Il y aura les supporters adverses qui devraient mettre une belle ambiance, avec ceux du SAS et les familles et amis des joueurs. Nous faisons parti des 32 derniers clubs encore en lice dans cette compétition nationale. La fête va être belle, j’espère que le jeu aussi. Et que le résultat nous sera favorable en fin de match.