© NoDerog / Istock.com

(AFP) – La ville de Nice a indiqué vendredi qu’elle allait bannir dès la rentrée 2019 le plastique de ses établissements scolaires, une annonce qui intervient alors que le parlement prévoit de faire entrer en vigueur d’ici à 2025 une mesure similaire.

L’annonce a été faite lors de la visite par le maire LR Christian Estrosi du chantier de la future cuisine centrale de la ville, qui doit être livrée pour la rentrée prochaine et sera en mesure de fournir 30.000 repas par jour.  » C’est un acte politique fort. J’ai décidé de bannir (…) le plastique de l’intégralité du process de production jusqu’au réchauffage dans les restaurants scolaires », a annoncé l’élu, précisant que seraient utilisés « des bacs inox pour la cuisson et des barquettes en cellulose pour le conditionnement, la distribution et la réchauffe ».

La ville, qui précise par ailleurs que « l’intégralité du matériel de table » utilisé aujourd’hui « est déjà en verre ou en inox », annonce aussi prendre une mesure similaire pour les pique-niques, l’ensemble des couverts jetables devant désormais, à compter du premier semestre 2019, être en bois ou en carton.

Cette annonce anticipe les dispositions amendées du projet de loi « agriculture et alimentation », actuellement en discussion au parlement. À l’occasion d’une seconde lecture, 122 députés de la majorité ont obtenu l’interdiction des « contenants alimentaires de cuisson, de réchauffe et de service en matière plastique » dans les cantines, de la crèche à l’ université, « au plus tard au 1er janvier 2025 ».

Cette échéance concerne les collectivités de 2.000 habitants et plus. Pour les collectivités de moins de 2.000 habitants, l’interdiction doit prendre effet d’ici 2028.

Le but est « d’introduire un principe de précaution (…) visant à protéger la santé de nos enfants et à protéger notre environnement », a souligné la députée (LREM) et questeure Laurianne Rossi, première signataire de l’amendement.

En première lecture, l’Assemblée avait simplement autorisé « à titre expérimental » et « pour une durée de trois ans » les collectivités à bannir les contenants en plastique dans leurs services de restauration collective.

Au-delà de la restauration scolaire, l’Assemblée nationale a aussi, plus largement, approuvé l’interdiction des couverts et de contenants jetables en plastique, au 1er janvier 2020, en plus des pailles et des touillettes, et ce en dépit de l’avis défavorable du gouvernement.

source AFP-Relaxnews