Des conseils pour passer à l’action 

Laurence Georgeon, directrice de l’ALEC, l’Agence locale de l’énergie et du climat d’Épinal centre-Vosges, connaît bien les problématiques des Vosgiens dans le domaine des économies d’énergie. Elle nous éclaire sur l’information gratuite et indépendante délivrée aux particuliers par l’ALEC et les Espaces Info Énergie.

Le Plan climat a fixé pour objectif l’autonomie énergétique des territoires à l’horizon 2050. Sommes-nous sur la bonne voie dans les Vosges ?

98 % des communes vosgiennes sont impliquées dans des dispositifs d’aide à la rénovation énergétique. Depuis 2011, 5 214 logements ont bénéficié de l’opération Habiter Mieux de l’ANAH (11 millions d’euros d’aides en 2017), générant à eux seuls, une économie d’énergie de 40% qui correspond à la consommation moyenne annuelle de 21 % de la population vosgienne !Et le rythme s’accroît. Fin 2018, 1 155 logements devraient être engagés dans la démarche, un chiffre qui se rapproche de l’objectif fixé pour 2030 avec un taux de rénovation du parc de 2,9 % par an (environ 1 746 logements) et un gain énergétique moyen de 35 % par logement*. Les retombées sont aussi positives pour le territoire, puisque les aides publiques ont permis de générer plus de 23 millions d’euros de travaux et de créer ou de préserver près de 251 emplois localement depuis 2009*.

« Rénover » fait moins peur aujourd’hui ?

Depuis 5 ans, nous avons observé une évolution dans la démarche de rénovation énergétique. Du « rénover à tout prix » nous sommes passés à une « rénovation pensée », plus proche du label BBC qui intègre les notions de confort et de qualité de l’air intérieur en plus des économies d’énergie. Et, bien évidemment, lorsque l’on est ni du métier ni spécialiste, il est indispensable de bénéficier de conseils techniques et financiers. C’est précisément le rôle de l’Alec : construire la stratégie de rénovation énergétique la plus efficace dans le cadre d’un budget donné. En plus d’aider à faire le tri dans les informations, d’expliquer la législation, les matériaux et leur mise en œuvre, ou d’informer sur les aides possibles, nous accompagnons, dans le cadre du dispositif « Dialecte », les porteurs de projet dans le décryptage des diagnostics et des différents scénarii qui hiérarchisent les travaux en fonction de leur pertinence. Car l’objectif est bien d’utiliser son argent le plus efficacement possible pour obtenir le meilleur retour sur investissement et augmenter la valeur de son bien immobilier.

Des conseils gratuits toujours à destination de tous…

C’est notre vocation. Nous recommandons de consulter les conseillers FAIRE** (le nouveau nom des Espaces Info Énergie) le plus en amont possible du projet, que ce soit pour affiner un plan financier avant l’achat d’un bien, ou pour être conseillé sur les matériaux, leur mise en œuvre et leur pérennité avant de demander des devis ; que l’on ait recours à un artisan ou que l’on envisage de réaliser les travaux soi-même.

Chiffres Plan de Rénovation Énergétique des Vosges – Préfecture des Vosges

* FAIRE : Faciliter, Accompagner et Informer pour la Rénovation Énergétique

Logements : Opération grand ménage !

Il n’y a pas que le chauffage qui a un impact sur notre environnement. Chaque jour nous répétons les mêmes gestes et utilisons-les mêmes produits, distillant dans nos
intérieurs et dans la nature des produits dangereux pour notre écosystème et notre santé.

Souvenez-vous, il y a quelques mois, les médias nous mettaient en garde contre les effets allergisants des produits ménagers et des désodorisants d’intérieurs supposés assainir l’air de nos maisons. Pesticides, herbicides, et maintenant fongicides, sont soupçonnés d’être potentiellement cancérigènes.

Idem pour les solvants et autres molécules chimiques contenus dans les peintures, colles, vernis des produits de bricolage et des meubles, tellement dangereux qu’il ne faut pas jeter les chiffons ou les contenants après usage mais les porter en déchèterie pour qu’ils soient écartés à tout jamais de la nature et des êtres vivants !

Sont-ils indispensables ? Par quoi les remplacer ? Voici des pistes inspirantes pour mieux respirer.

Les Vosges, territoire démonstrateur d’économie circulaire

Préserver l’environnement, économiser les ressources et l’énergie, créer des emplois locaux, une belle feuille de route est en train de prendre forme dans notre département encore stigmatisé par son caractère industriel. Voici de belles initiatives pour comprendre que la transition énergétique, c’est du concret.

L’écologie industrielle est en train de devenir réalité. Innover, mutualiser, partager pour préserver l’environnement, économiser l’énergie et créer des emplois sur le territoire… ils sont exemplaires et nous le prouvent.

La filière bois vosgienne est unique en France ! Nous disposons des industries regroupant tous les métiers du bois et un panel de formations du CAP au Doctorat. De quoi pérenniser la filière et devenir pilote en matière de construction et de réhabilitation à partir de matériaux recyclés et bio-sourcés.

La Green Valey réunit, au sein d’un même éco-parc près d’Épinal, des entreprises dédiées au bois et à l’écoconstruction. Ici les entreprises mutualisent et réduisent les coûts grâce aux échanges de matières, d’énergie et de compétences. Bref, rien ne se perd, tout s’économise, se transforme et se partage : logistique, infrastructure, biomasse, immobilier, ressources, maintenances et même savoir-faire.

Ainsi Pavatex, un des leaders mondiaux des panneaux bois isolants, s’est implanté sur le site à proximité de Norske Skog à qui il rachète sa vapeur, son bois et l’énergie qu’il n’utilise pas.

Egger, à Rambervillers, fabrique des panneaux décoratifs pour l’agencement intérieur. L’entreprise a opté pour le circuit fermé afin d’optimiser ses consommations de bois (700 000 tonnes brutes par an) et réduire le transport à son strict nécessaire. Les déchets bois inexploitables sont transformés en énergie. Elles génèrent de l’électricité à hauteur de 9,6 MW.

Lucart professionnel fabrique des produits (essuie-tout, papier toilette, papier d’essuyage industriel…) issus du recyclage des quelque 19 063 briques alimentaires en provenance du centre de tri d’Épinal (celle que nous avons consommées…). Le plastique et l’aluminium non-utilisés sont valorisés dans la fabrication de poubelles et de distributeurs de papier toilette. La boucle est bouclée. Un parfait exemple d’économie circulaire !