Des années de plus en plus chaudes, des tempêtes plus fréquentes, des orages plus violents, des inondations dévastatrices, des sécheresses plus intenses… voici ce que nous percevons de l’évolution du climat depuis notre Lorraine.

Les préoccupations environnementales deviennent centrales et le sujet anxiogène. L’inquiétude et le ressenti des Français face au changement climatique a d’ailleurs fait l’objet d’une étude récente et instructive.

Ainsi 66 % des sondés pensent que « les conditions de vie deviendront extrêmement pénibles à cause des dérèglements climatiques » d’ici une cinquantaine d’années.

Alors, à l’instar du thermomètre, le pessimisme grimpe : « 57 % (60 % des moins de 30 ans) pensent que le changement climatique ne sera pas limité à des niveaux acceptables d’ici à la fin du siècle ».

L’étude révèle aussi que 60 % des personnes interrogées priorisent la modification du mode de vie pour limiter l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre ; la réglementation étatique au niveau international n’atteignant que 16 %, le progrès technique 10 % et la fatalité 13 %.

À la question : « Quels sont les deux acteurs les plus efficaces pour résoudre le problème du changement climatique ? », ce sont « les États » (55 %)  suivis de « chacun d’entre nous » (50 %) qui les sont plus cités. Oui, justement, « qui fait quoi ? ».

Résumé des différentes actions développées par les acteurs en région et des initiatives citoyennes locales pour agir ensemble au quotidien.

Françoise Fontanelle