La finale nationale des Ovinpiades, avec 2 vosgiens en lice.
© Interbev Ovins

Comme chaque année, le Salon de l’Agriculture de Paris propose la finale nationale des Ovinpiades des Jeunes Bergers. Une 14e édition, qui se déroulera ce samedi 23 février, avec les 38 jeunes âgés de 16 à 24 ans, qui suivent une formation dans un établissement agricole, concourront pour décrocher le titre 2019.

Chaque territoire sera représenté par les deux vainqueurs sélectionnés lors des finales territoriales. Pour la Lorraine, ce sont deux étudiants vosgiens qui ont décroché la victoire :

  • Justin Olivier : 19 ans , élève en Certification de Spécialisation Ovin au CFPPA de Mirecourt (88). Originaire de Haillainville (88), Justin a grandi au milieu des animaux. Ses parents sont éleveurs de vaches et de brebis. Plus tard, il souhaite s’installer sur la ferme familiale. Mais avant, il sera salarié sur une ferme de polyculture élevage. Justin a choisi cette formation par passion et pour le contact avec les animaux. Très motivé pour la finale parisienne, Justin a participé aux Ovinpiades pour être au contact des brebis.
  • Anthony Jung : 21 ans, élève en Certification de spécialisation ovin au CFPPA de Mirecourt (88). Originaire de Villeneuve sur Fère (02), ce fils d’éleveuse de vaches laitières et de brebis souhaite s’installer sur la ferme familiale et augmenter le nombre de brebis. Il apprécie particulièrement les déplacements des animaux. Sa race de brebis préférée est l’Île de France, car c’est un animal très adaptable. Très motivé par la finale, Anthony est heureux d’aller à Paris et d’avoir l’occasion de rencontrer des professionnels ovins.

Ils devront se soumettre à une série d’épreuves alliant théorie et pratique : reconnaître 10 races de moutons défilant sous leurs yeux, parer les onglons, apprécier la santé de la brebis, trier les brebis avec l’aide des boucles électroniques, évaluer l’état d’engraissement et de finition d’agneaux de boucherie, choisir le bon reproducteur, manipuler et évaluer l’état corporel, d’une brebis.

L’élève ayant obtenu le meilleur score sera sacré Meilleur Jeune Berger de France et incarnera l’espoir de l’élevage ovin. Il gagnera une agnelle pure race, pour l’inciter à poursuivre sa formation sans perdre de vue le mouton… et pourquoi pas à s’installer comme éleveur d’ici quelques années.

Au cours des 15 prochaines années, plus de la moitié des éleveurs de brebis partiront à la retraite. Pour assurer le renouvellement des générations mais également le maintien de la production, la filière ovine doit installer près de 10 000 éleveurs dans la prochaine décennie.

Cette compétition a pour objectif de promouvoir le métier d’éleveur de brebis et de susciter de nouvelles vocations auprès des élèves des établissements agricoles.