Eric Mauffrey repart en campagne ce week-end au rallye du Touquet

Il écume les circuits depuis 35 ans, avec toujours la même passion. A presque 60 ans, le pilote vosgien Éric Mauffrey démarre au Touquet (14-16 mars) une nouvelle saison en championnat de France des rallyes au volant de sa Skoda Fabia R5, quelques semaines après avoir pris une belle seconde place au Rallye des Routes du Nord. Entretien.

Éric Mauffrey, l’heure de la retraite sportive n’a toujours pas sonné pour vous…

E. M. – Non, le plaisir et l’envie sont toujours là. Notre sport a ceci de particulier qu’on peut encore être compétitif à mon âge (rires). Je n’ai plus la pointe de vitesse et je ne prends plus les mêmes risques qu’à 30 ou 35 ans, mais je suis encore dans le coup. Quand ce ne sera plus le cas, j’arrêterai.

Quel sera votre programme cette saison ? Vos objectifs ?

On devrait faire les 9 manches du championnat. Mon objectif, c’est surtout de faire une bonne place au Trophée Michelin. Ce classement promotion est important car il y a des primes d’arrivée. Sur une manche, le gagnant prend 5 000 euros. L’an dernier ça m’a rapporté 20 000 euros. Sur un budget annuel de 80 000 euros, ce n’est pas négligeable.

Faisons marche arrière… Comment en êtes-vous venu au rallye ?

C’est mon père qui m’a transmis le virus. Il avait une Mini Cooper S, on montait les cols sur la neige. J’ai fait mes débuts en compétition en 1983 au volant d’une Golf GTI. En
85 j’ai fait 2e de la Coupe de France des voitures de production et j’ai été nommé pour le titre d’Espoir Echappement. J’ai confirmé l’année suivante en remportant le Challenge Volkswagen-Yacco.

Quelques années plus tard, vous deveniez pilote officiel chez Renault…

Les places étaient déjà chères à l’époque. Je suis devenu pilote officiel Renault en 1992. J’ai terminé 6e du championnat de France. Malheureusement l’aventure n’a duré que deux ans. Jusqu’en 1995, j’ai officié comme ouvreur de François Delecour en championnat du monde. J’ai ensuite fait un break pour rejoindre le groupe Mauffrey. Depuis 1998, je roule en amateur.

Le rallye pâtit d’une image négative (accidents, vitesse, bruit, pollution…). Comment voyez-vous l’avenir de ce sport ?

Je ne suis pas sûr qu’il perdure encore longtemps. Le rallye ce n’est plus politiquement correct. Sur l’écologie on dit tout et n’importe quoi. Les rejets de CO2 c’est peanuts par rapport à d’autres manifestations sportives. Et sur la sécurité, on a fait d’énormes progrès depuis quelques années.

 

Calendrier 2019 du Championnat de France FFSA des Rallyes Asphalte :

14-16 mars : Le Touquet Pas-de-Calais (Le Touquet)
18-20 avril : Lyon Charbonnières Rhône (Charbonnières-les-Bains)
17-19 mai : Antibes Côte d’Azur (Antibes)
14-16 juin : Vosges Grand Est (Gérardmer)
4-6 juillet : Aveyron Rouergue Occitanie (Rodez)
5-7 septembre : Mont-Blanc Morzine (Morzine)
27-29 septembre : Cœur de France (Vendôme)
24-26 octobre : Critérium des Cévennes (Montpellier)
22-24 novembre : Var (Sainte-Maxime)