- Publicité -MFXF_mini-468×60

L’enseignement supérieur s’articule en France autour de trois grandes catégories de formations : la filière professionnelle, l’enseignement universitaire et le système des classes préparatoires qui ouvrent aux écoles prestigieuses.

LMD, le cursus universitaire par excellence 

Entrer à la fac, c’est s’engager pour au moins 3 années. Même si l’université se professionnalise, mieux vaut aimer la théorie, être autonome et motivé. Quelle que soit la discipline choisie, et elles sont nombreuses, voici les différentes étapes du cursus. En France, les 80 universités offrent toutes le même cursus baptisé LMD, avec 3 niveaux de sortie :

  • bac+3 : L1, L2, L3 correspondant au bachelor. Suite à la licence 3, les étudiants se déterminent à la poursuite en master professionnel ou en master recherche),
  • bac+5 : M 1 et M2 (pour master 1 et 2),
  • bac+8 : D (pour doctorat).

À l’université, 27 % des étudiants obtiennent leur Licence 3 ans après leur première inscription en L1. Près des trois quarts des licenciés s’inscrivent en Master l’année suivante ; 53 % des étudiants en master obtiennent leur diplôme en deux ans. (Source : L’état de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en France – 2017).

 

Les cursus professionnalisés

  • Le BTS et le BTSA (brevet de technicien supérieur et le brevet de technicien supérieur agricole) se préparent en 2 ans après le bac au lycée ou en école dans 138 spécialités. Si le BTS vise une insertion directe sur le marché du travail, la moitié des diplômés se spécialise, notamment en préparant une licence pro.
  • Les DUT (diplômes universitaires de technologies) se préparent dans un IUT, une structure interne à l’université. Ils proposent 41 spécialités (options comprises). Même si les diplômés sont recherchés, la plupart poursuivent leurs études en licence Pro, Master ou écoles…
  • Le DEUST (diplôme d’études universitaires scientifiques et techniques) forme les bacheliers issus d’un bac général ou technologique en vue de répondre aux besoins des entreprises locales dans 16 secteurs d’activités. Il se déroule sur 4 semestres et comprend 8 à 10 semaines de stages. Constituant également une solution de réorientation, certains DEUST ne sont accessibles qu’après un 1er semestre d’enseignement supérieur (Licence, BTS, ou DUT).
  • La licence professionnelle se prépare en 1 an après une L2, un DUT ou un BTS, pour se spécialiser ou acquérir une double compétence. Avec 176 mentions proposées, la plupart des secteurs d’activité sont concernés.

 

Formul, le catalogue des formation de l’Université de Lorraine

Retrouvez toutes les formations de l’Université de Lorraine sur formations.univ-lorraine.fr Diplômes nationaux (DUT, licence, licence pro, master, doctorat, diplômes d’ingénieurs, formations de santé), les formations qualifiantes, les diplômes internationaux, le MOOC, etc. C’est l’outil idéal et de tous ceux qui ont un projet d’études supérieures.

La fac sans le bac

Si le bac constitue le sésame pour entrer à la fac, il existe des solutions pour y accéder lorsque l’on n’est pas bachelier.

  • Le diplôme d’accès aux études universitaires (DAEU) est un diplôme national qui permet d’accéder à une université, un IUT ou une école recrutant au niveau bac. Il donne également accès aux concours administratifs de catégorie B. Option A (littéraire) ou option B (scientifique), il se prépare à l’université en présentiel ou en ligne. Son cursus peut être étalé sur plusieurs années. Les candidats doivent être âgés de 24 ans au moins ou avoir 20 ans révolus s’ils justifient de deux ans d’activité professionnelle. Rens. sur le site de l’Université de Lorraine : www.univ-lorraine.fr
  • La capacité en droit est une formation juridique générale en deux ans qui permet d’entrer en première année de licence de droit, en première année de DUT carrières juridiques, en première année de BTS notariat, mais aussi de passer des concours de la fonction publique. Il existe également, sur le même modèle, une capacité en gestion des entreprises, qui se prépare en École universitaire de management (IAE). Rens. Fac de Droit Sciences Économiques et Gestion de Nancy.

 

Les classes prépas

Les CGPE :

Les classes préparatoires aux grandes écoles ne débouchent pas sur un diplôme mais préparent les étudiants, en 2 ans, aux concours d’entrée dans les grandes écoles et les écoles d’ingénieurs. Leur objectif : accroître leur niveau de connaissances dans différents champs disciplinaires : littéraire, économique, scientifique.

Ces classes, situées dans les lycées publics et privés, sont accessibles avec un baccalauréat ou un niveau équivalent, via Parcoursup, après acceptation du dossier scolaire par le chef d’établissement.

Gros volume de travail, niveau d’exigence élevé, entraînements spécifiques et, malgré la qualité des élèves, des notes qui chutent au premier trimestre : mieux vaut avoir de la motivation et des ressources sous le pied car le redoublement en première année est impossible (sauf cas de force majeur : santé, accident, problème familial).

Au terme de ces formations, les étudiants qui ne peuvent intégrer une grande école peuvent poursuivre leurs études à l’université.

Certaines classes prépas sont accessibles aux bacheliers technologiques, comme la prépa ATS (adaptation technicien supérieur) qui permet aux diplômés de BTS et de DUT d’intégrer une école d’ingénieurs. L’académie Nancy/Metz en compte deux : ATS génie civil, au lycée Emmanuel Héré à Laxou et ATS ingénierie industrielle, au lycée Pierre Mendès France à Épinal.

Les autres classes prépas :

Certaines formations sont aussi appelées prépas :

  • Les préparations aux concours, souvent privées, qui mènent en 1 an ou plus aux écoles d’art, de santé ou aux instituts d’études politiques (IEP).
  • La prépa intégrée qui, dispensée par une école d’ingénieur, ne mène pas aux concours externes mais à la formation ingénieur de l’établissement.
  • Les cycles préparatoires communs (CPC) qui mènent aux écoles d’ingénieurs partenaires du cycle. Ils accueillent des bacheliers S et, pour certains cycles, des bacheliers STI2D et éventuellement STL.
  • Les CPES (classes préparatoires aux études supérieures) préparent les bacheliers boursiers méritants à intégrer une CPGE, une école d’ingénieurs, ou encore une école d’art.

Pour plus d’infos, consultez le dossier « Classe prépa » sur www.onisep.fr