De grandes inégalités dans le monde, concernant les conditions féminines.
- Publicité -MIB_SVB_SEPT2018-2

L’avortement reste interdit dans une vingtaine de pays, dans le monde. Ailleurs, les législations varient, avec parfois d’importantes restrictions. En Corée du Sud, où l’interruption volontaire de grossesse (IVG) est illégale, sauf en cas de viol, d’inceste ou de menace pour la santé de la mère, la Cour constitutionnelle vient d’examiner un recours contre cette loi de 1953.

Malte reste le seul pays de l’Union européenne prohibant totalement l’interruption volontaire de grossesse. En cas d’infraction, la peine encourue va de 18 mois à trois ans de prison. Aussi, l’avortement est illégal en Andorre et à Saint-Marin, qui sont en Europe mais pas dans l’UE, ainsi qu’au Vatican.

Enfin, il est illégal dans la province d’Irlande du Nord, même en cas de viol, inceste ou malformation grave du fœtus. Il est autorisé uniquement si la grossesse menace la vie de la mère. Un référendum pourrait assouplir cette loi.