Le Gamyo s'incline une seconde fois en 4 jours, à Rouen.
© Jordane Rommevaux

On promettait le pire aux hommes de Brad Gratton, ce mardi 26 septembre, à l’occasion du déplacement du Gamyo Epinal sur la patinoire des Dragons de Rouen. Pourtant, durant 20 minutes, les deux formations ont rivalisé équitablement, faisant douter légitimement le second du classement de Ligue Magnus. Seulement, c’est l’ultime tiers-temps qui sera fatal pour les Spinaliens, qui s’inclinent lourdement (6-2).

Le match

Quatre jours après un match honorable perdu contre le leader du championnat, Gap (2-4), les hockeyeurs de la cité des Images se déplaçaient à Rouen pour un match tout aussi difficile à négocier, contre une équipe qui n’a connu qu’une défaite depuis le début de la saison. Et le début de match allait confirmer les inquiétudes entre les niveaux des deux formations, puisque le Rouennais Wohlberg ouvrait la marque après 1 minute et 21 secondes de jeu (1-0).

Un début de match qui ne sera, toutefois, pas à sens unique puisque les Spinaliens allaient se procurer de nombreuses occasions, sans parvenir à inscrire un but. C’est dans le second tiers-temps que le score évoluera. A l’image de la première période, les choses s’emballeront dès la première minute de jeu puisque Josh Gratton parviendra à égaliser, 52 secondes après la reprise (1-1). La match était lancé mais l’attaquant local Stehlik allait redonner une longueur d’avance à Rouen (25e). Et ça sera encore l’étonnant Josh Gratton qui permettra, de nouveau, à Epinal de recoller au score (32e). Mais la défense craquera dans les 30 secondes qui suivront, sur une nouvelle offensive de Lamperier (3-2).

Un second tiers-temps sensiblement dominé par le Gamyo, qui aura le mérite de réveiller l’attaque locale, dans les 20 dernières minutes. Une réaction que les joueurs du Gamyo ne réussiront pas à contenir puisque Thinel (45e), Bedin (46e) et Lamperier (47e), assureront la victoire en deux minutes. On notera que la rencontre aura permis au jeune portier remplaçant d’Epinal, Isaac Charpentier, de suppléer parfaitement un Andrej Hocevar durant une douzaine de minutes, qui avait certainement besoin de souffler.

Le bilan

Une défaite logique même si le score ne reflète pas le courage spinalien. Avant son déplacement à Lyon, vendredi 29 septembre, le Gamyo pointe à la 9e place du classement.