© CJ

La Ville de Thaon-les-Vosges et la Chambre des Métiers et de l’Artisanat ont noué un lien fort pour l’organisation du salon. Tant sur le plan humain que logistique et financier. Rencontre avec Christine Marchal, adjointe au Maire de Thaon-les-Vosges, chargée des animations, de la vie associative et de la culture.

La Ville de Thaon-les-Vosges s’investit énormément dans la vie associative et culturelle de son territoire. Pourquoi cela est-il important ?

Thaon a toujours été une ville d’associations, qu’elles soient culturelles, sportives ou encore militaires. C’est dans l’ADN de notre ville ! Les associations sont un lien entre les habitants, un lien qui permet de les faire se rencontrer, de les faire bouger autour d’un même événement festif. Et, on peut dire que depuis ces
18 derniers mois, cela a encore plus de sens et de valeur !

Le salon Cousu de Fil Rouge fait justement partie de ces événements festifs qui animent la ville. Que pensez-vous de son ambition à mettre en avant le textile vosgien et français ?

Il est évident que le salon Cousu de Fil Rouge met en lumière l’excellence du travail artisanal, lié au textile. Et, à l’heure où beaucoup d’entreprises textile ont, depuis plusieurs décennies, délocalisé leur fabrication, il est important de revenir à ce qui en a fait le fondement. C’est-à-dire les artisans, les petites mains au savoir-faire impressionnant : le travail est minutieux, précis. Et c’est ce qui fait la renommée des maisons de haute-couture française, connues dans le monde entier. La dentelle, les bijoux, les chapeaux, la confection l’ameublement… Cet artisanat contribue à la splendeur de notre pays à l’étranger. Et de plus en plus de nouveaux projets textiles se développent dans les Vosges !

En quoi est-il tout à fait légitime pour ce salon de prendre ses quartiers à Thaon-les-Vosges, et plus précisément à La Rotonde ?

Notre ville s’est bâtie sur un empire textile, amené d’Alsace par Armand Lederlin, qui a transformé la commune et la vie de ses habitants. Puis, l’empire Boussac a pris le pas. De 550 âmes, la ville est passée à près de 9000 habitants. Les générations se suivaient dans les usines : les enfants étaient sûrs de trouver du travail et de prendre le relais des parents. Bien sûr, nous avons énormément souffert de la chute de ces deux géants. C’était une époque où le paternalisme avait sa place : que cela soit à la BTT ou chez Boussac, les ouvriers avaient droit à des avantages, comme la crèche, colonies de vacances, les avantages sociaux, Noël pour les enfants… Et la Rotonde en était le symbole ! Armand Lederlin voulait le bien-être de ses ouvriers, et ce magnifique bâtiment, dont nous sommes, nous, Thaonnais, tous un peu amoureux, en était la clé !

Il me semble que Thaon-les-Vosges forme aussi ses futurs artisans du textile ?

Oui, nous avons le Lycée Régional Émile Gallé, qui a une section « Métiers de la Mode » et forme des jeunes gens à la couture, qui ont déjà présenté leurs œuvres lors de défilés. Si cette section existe à Thaon, c’est bien parce qu’il y avait une légitimité à le faire ici, terre textile par excellence. Des millions de kilomètres de tissu sont sortis de nos usines.

Enfin, quelles sont les retombées attendues de ce salon ?

Les retombées pour la Ville ? C’est d’y maintenir cet ADN textile qui en a fait sa construction, mais aussi de faire connaître notre belle Rotonde, par le biais des visiteurs qui vont se succéder au salon. Mais, ce qui est important surtout, c’est de revenir aux fondamentaux : faire découvrir à tous ceux qui en franchiront l’entrée, le travail fait par tous ces artisans, animés par la même passion et le même amour de la matière textile, tous ces artisans qui, d’un petit bout de fil, vous font un chef d’œuvre ! La participation à l’organisation de ce salon a comme finalité de donner de la perspective à la filière textile-mode.

Salon Cousu de Fil Rouge
La Rotonde, Thaon-les-Vosges

Entrée : 5 euros, gratuit pour les -16 ans
Pass sanitaire obligatoire
Vendredi 26 novembre, de 14 h à 19 h
Samedi 27 novembre, de 10 h à 18 h 30
Dimanche 28 novembre, de 10 h à 17 h 30