Que ce soit dans l’assiette ou dans la façon d’éduquer les enfants, voici deux alternatives plus solidaires qui verront le jour dans les Vosges en 2017. À Mirecourt et La Forge, vivre autrement ça se cultive au quotidien.

Bienvenue chez Biovosges ! Si la boutique n’ouvrira ses portes qu’au 1er février à Mirecourt, Brigitte Duval ne perd plus une minute pour que tout soit prêt le jour J. Au 39 de la rue du Général Leclerc, la peinture sèche encore sur les murs alors que les rayons se remplissent de produits. Et pas n’importe lesquels. 

Brigitte ne proposera à ses clients qu’une sélection bio et locale. Plutôt que de surfer sur une tendance, c’est  » un véritable état d’esprit  » pour cette quadra, fille et petite-fille d’exploitants agricoles, en pleine reconversion professionnelle après avoir travaillé dans l’industrie nucléaire et pétrochimique :  » J’avais constaté qu’il fallait faire de nombreux kilomètres pour acheter des produits vosgiens. Il n’y avait pas de produits bio et locaux à Mirecourt, ni pour les intolérants au gluten et au lactose. « 

Biovosges n’a pas attendu le mois de février pour se faire connaître. Sur les réseaux sociaux, la page de la boutique collectionne déjà près de 200 fans. On peut y découvrir en photos très colorées quelques-uns des futurs articles : une soupe de potimarron-safran aux reflets orangés très lumineux, safran cultivé à Plombières-les-Bains et que l’on peut également retrouver dans des gelées, chocolats, biscuits, fleur de sel… 

Des miels crémeux aux teintes soyeuses de la Ruche vosgienne, les huiles de colza et de cameline produites à Bulgnéville et très bénéfiques pour la santé, la gamme de confitures multicolore du Domaine du Sotré à Fresse-sur-Moselle, les pâtes et oeufs de Valleroy-Le-Sec… Sans oublier une déclinaison de cosmétique bio aux exigences strictes pour le respect de la santé, dont des produits Forê l’effet Vosges. 

Impossible de tous les citer ici, mais les étals de la boutique reflètent un véritable dictionnaire vivant des productions vosgiennes ! 450 produits y trouvent place sur 50 mètres carrés de la boutique.  » C’est du circuit ultra-court, je suis le seul intermédiaire, la plupart des produits proviennent d’une trentaine de producteurs vosgiens bien connus du public « , assure la nouvelle commerçante.

Pour profiter de ce mode de vie alternatif, direction La Forge à 80 kilomètres de là, au pied du massif vosgien. Changement de paysage et décor, puisque nous sommes maintenant dans les futurs locaux de la M.A.M., un sobriquet en clin d’oeil pour Maison d’Assistantes Maternelles alternative. Au début du mois, une première réunion d’information à permis de présenter ce projet qui verra le jour en septembre prochain.

À l’origine de cette garderie pas comme les autres, trois assistantes maternelles agrées d’Éloyes et Anould ont voulu changer les choses :  » On proposera aux enfants un potager, des ateliers ludiques, des sorties nature, des repas faits maison, des couches lavables… Sur une pédagogie inspirée notamment de la parentalité positive de Montessori et de la motricité libre de Pikler « , détaille Charlène Boscardin, 26 ans.

Le succès est déjà au rendez-vous puisque la M.A.M. a enregistré 15 demandes pour seulement 12 places disponibles…  » C’est un mix entre la garderie et la crèche  : l’avantage c’est qu’au lieu d’être seul chez soi, l’enfant sociabilise en-dehors de l’école. Et en termes de prix, on est sur la base de ceux d’une crèche.  » D’autres M.A.M. ont aussi vu le jour dans les Vosges à Remiremont, Anould, Nompatelize, Ban-de-Laveline… Des projets qui font de 2017 l’année pour changer son mode de vie !

Infos :

Biovosges : =https://www.facebook.com/biovosges/?fref=ts]@biovosges
M.A.M. La Forge : =https://www.facebook.com/MAMMAMZEN/?fref=ts]@MAMMAMZEN