Accueil > Culture > Livre - musique > Joffrey Lebourg : le nouveau Tolkien français débarque aux Imaginales d’Épinal

Joffrey Lebourg : le nouveau Tolkien français débarque aux Imaginales d’Épinal

Le 18 mai 2022 par Jordane Rommevaux
Le nouveau Tokien est français, il s'appelle Joffrey Lebourg et il sera à rencontrer aux Imaginales.
Le nouveau Tokien est français, il s'appelle Joffrey Lebourg et il sera à rencontrer aux Imaginales.

Il n’a que 24 ans, pourtant son talent est reconnu et son style est déjà salué par ses pairs. Joffrey Lebourg est un romancier spécialisé dans le fantastique qui sort, à l’occasion des Imaginales d’Épinal (du 19 au 22 mai), une réédition du premier tome de son roman Les Sept Reliques, avec Média Livres. Il a accepté de répondre à nos questions, quelques heures avant le lancement du festival de l’imaginaire.

Joffrey, vous êtes un jeune auteur passionné par l’Imaginaire. Vous rééditez le premier tome de votre saga Les Sept Reliques. Pouvez-vous nous le présenter ?

Ce roman que je présenterai aux Imaginales a été réédité par Média Livre, mi-février. La série se passe dans un monde médiéval fantastique que j’ai inventé : Alchimia. Un monde qui vit dans une paix relative, jusqu’à maintenant, mais que ne va pas le rester longtemps. L’aristocratie tyrannique qui est en place lutte contre un prince-démon, qui a été banni il y a des millénaires et qui orchestre son retour, mais on ne sait pas quand. C’est une sorte de course contre la montre, sans connaître la date buttoir de son retour. En outre, on peut l’arrêter par une élue désignée par les dieux : Cordélia. Seulement, elle ça ne l’emballe pas forcément de risquer sa vie pour sauver le monde. Malgré elle, donc, elle se lance à contre cœur dans cette quête, où elle doit retrouver les 7 reliques divines. Une aventure qui va lui permettre de rencontrer toutes sortes de personnages fantastiques avec qui elle va devoir combattre ou s’allier. Ainsi que de nombreuses quêtes secondaires.

Je mets l’accent sur les races humanoÏdes. Mais elle croisera une trentaine de races différentes. Certaines seront belliqueuses et d’autres amicales. Au fur et à mesure de l’histoire, elle deviendra la cheffe du groupe alors qu’elle n’a que 16 ans et a donc tout à découvrir. Ce premier tome se passe sur le continent où elle est née. Mais la série de 7 tomes qui arrivent, la mène vers de longues contrées.

Cette réédition de Les Sept Reliques comporte-t-elle quelques changements ?

Oui, nous avons voulu apporter un contenu supplémentaire avec des QR code de personnages dessinés, que le lecteur pourra retrouver en les scannant, pour se faire une meilleure idée de l’image que je me fais des personnages croisés par le héros. Nous avons aussi réalisé des pistes audios où je pourrai présenter l’histoire en ouverture et en épilogue du livre.

7 tomes, c’est un travail titanesque que vous devez maturer depuis longtemps.

Je me suis lancé dans un projet conséquent, c’est vrai. Je suis déjà dans l’écriture du tome 3. Le 2 est en finalisation et devrait sortir en septembre, à la rentrée littéraire. Ce travail est le reflet de mes pensées. Dans mon esprit, tout est planifié. J’ai fait mes cartes de ce monde imaginaires, que les lecteurs peuvent retrouver dans les tomes. Tout doit être cohérent. J’ai l’ambition de sortir 2 tomes par an, à chaque rentrée littéraire de septembre et février.

Comment puisez-vous votre inspiration ?

Je suis un lecteur avant d’être un auteur. Je m’alimente avec les livres, un peu de films et quelques séries. Auparavant, les jeux-vidéo m’inspiraient aussi mais je joue moins aujourd’hui. Je ne lis que des genres fantastiques car c’est ce qui m’inspire et me fait plaisir. Mes références sont Roxanne Dambre, Carina Rozenfeld, Pierre Bottero et à l’étranger “Les 7 royaumes” de Cinda Williams Chima et “Trilogie d’une nuit d’hiver” de Katherine Arden, sont deux œuvres que j’adore.

C’est votre 8e roman déjà, alors que vous n’avez que 24 ans. Vous semblez être un boulimique de l’écriture ?

J’ai commencé à 11 ans. J’ai toujours eu beaucoup d’imagination et l’écriture est rapidement devenue une évidence. C’est un besoin viscéral d’écrire. Je marche par période. Je peux écrire pendant 3 semaines intensivement puis me ressourcer par des livres ou films et séries, pendant les 3 semaines suivantes. Il m’arrive d’avoir des idées qui arrive que je note sur un calepin, que j’ai toujours sur moi. Quand je commence à écrire un livre, j’ai déjà un bon tiers de mon histoire écrite par extrait, à l’avance.

Souhaitez-vous faire passer un message à vos lecteurs lorsque vous écrivez ?

Les Sept Reliques, c’est un roman issu d’une réflexion personnelle, donc oui, j’écris mon ressenti notamment sur la politique. C’est un avis. En outre, ma série précédente « Chronique d’un nouveau monde » porte un message d’avantage écologiste. Mon héros doit aussi personnellement évoluer et grandir dans ses réflexions et ses choix (origine, sexuelle), suivant les rencontres qu’il fait ou les lieux qu’il visite. Une évolution qu’il fait avec le lecteur, j’espère. Dans Les Sept Reliques, on suit l’héroïne et on apprend avec elle sa prise de maturité. Lorsque je crée un monde, je fais beaucoup de recherche et ça prend du temps car il faut être crédible et précis sur la monnaie, les emplois de l’époque, les lieux…

Finir une série est donc une petite mort…

Oui et non, les personnes vivent dans ma tête et c’est vrai que tous mes anciens héros ne m’abandonnent jamais vraiment.

Pourquoi avoir fait le choix d’écrire dans le domaine fantastique ?

Le fantastique s’est imposé à moi. On m’avait prédit que ça me passerait en vieillissant mais non, je ne veux pas (rire). Moi la réalité m’ennuie profondément et j’ai besoin de m’évader.

Quelle est votre réaction lorsque l’on vous présente comme “le nouveau Tolkien” ?

C’est flatteur, bien sûr, mais dans la mesure où je ne l’estime pas, je ne le prends pas trop au sérieux. Je prends du recul car je sais que ce sont des mots de journalistes. Ce sont de belles formules mais, pour le moment, je n’ai pas reçu de prix prestigieux. C’est sûr que si je peux vendre autant de romans que lui, j’en serais ravi (rire).

Vous serez à Épinal pour le festival des Imaginales, du 19 au 22 mai. C’est votre première participation dans ce festival ?

Oui, c’est la première fois que je le fais. Je le connaissais, bien entendu, mais il n’est pas assez proche de chez moi pour que je me permette d’y aller (il habite à Brive-la-Gaillarde, dans la Corrèze, ndlr). Je m’étais toujours dit qu’il fallait que je le fasse et là, je suis invité en compagnie de nombreux auteurs que j’estime et que je lis depuis longtemps. Ça sera un plaisir de les croiser, de discuter avec eux et, pourquoi pas, de leur demander quelques conseils.

Synopsis du livre Les Sept Reliques

Cordélia n’avait rien demandé à personne. Elle tentait simplement de survivre après le décès de ses parents. Mais un messager divin lui annonce que le responsable est un prince-démon, banni il y a des millénaires et qui prépare son grand retour à l’aide d’humains félons : Entropia. Elle seule peut le contrecarrer, en rassemblant les sept Reliques divines dispersées sur les continents d’Alkymia. Heureusement, elle pourra compter sur l’aide de magiciennes venues d’un autre monde pour l’épauler. Entre manigances des humains et séides du démon, parviendra-t-elle à mener sa quête à bien ?

Menu
logo facebook logo instagram logo twitter logo linkedin