L'artiste vosgien Olivier Claudon et son modèle préféré : la vache Vosgienne.
© M. Laurent

Le Vosgien Olivier Claudon a reçu le prestigieux prix Baron du salon national des artistes animaliers qui se tiendra à Bry-sur-Marne, l’année prochaine. Une reconnaissance qui récompense l’ensemble de son œuvre et que l’artiste savoure pleinement.

Olivier Claudon a une muse : la vache vosgienne représentative de l’agriculture, symbole du massif et qu’il aime valoriser grâce à son art. La vosgienne, il la connaît bien pour l’avoir fréquentée dès son plus jeune âge à la ferme familiale. Il en a élevées, mises au monde, caressées et il se sent « totalement crédible pour en parler ».

Mais bizarrement, tant qu’il vivait auprès d’elle, il ne pensait pas à la dessiner. C’est seulement quand ses parents ont arrêté l’exploitation de la ferme et qu’il ne l’a plus eue sous les yeux qu’il s’est mis à la peindre : « il faut savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va aller ! » explique cet « artisan de l’art », heureux de promouvoir la race grâce à la peinture. D’ailleurs son ami Gilles Laporte le qualifie « d’ambassadeur artistique de la race vosgienne ».

Après des études à Lyon, Olivier Claudon est revenu dans les Vosges. Peintre polyvalent, il a longtemps travaillé à la commande sur toutes sortes de supports techniques. Capable de travailler en toutes circonstances, il est souvent amené à peindre devant le public, ce qui ne le dérange pas du tout. « Ils voient ainsi l’envers du décor ». Il peut s’arrêter, discuter, reprendre là où il s’est arrêté.

Habituellement, le public découvre l’œuvre finie : « je ne me rendais pas compte que c’était si long ! », s’étonnent les visiteurs en le voyant peaufiner un œil, rendre le poil brillant, la musculature plus saillante car le style d’Olivier Claudon est la peinture très réaliste nécessitant un long travail en atelier après des prises de photos.

Il aime aussi faire des croquis au crayon, en noir et blanc. La peinture animalière existe depuis des siècles. Mais si l’on voit couramment des animaux à plumes et à poils, on a rarement l’occasion de voir des bovins. Ce 44e salon met donc en lumière l’art animalier à travers deux invités d’honneur : Olivia Trégaud pour la sculpture, qui obtient le prix Sandoz et Olivier Claudon qui obtient le prix Baron.

Par conséquent ils ont carte blanche pour exposer une vingtaine d’œuvres en totale liberté. Olivier Claudon peint souvent de grandes toiles. Il a l’intention de présenter un quartet de primates jouant de la musique, une œuvre surréaliste ! Après avoir obtenu ce graal longtemps convoité, Olivier Claudon a un but : exposer ses vosgiennes place des Vosges à Paris ! Une place qui leur revient de droit !