Une expo photo originale à découvrir à la Maison de La Bresse, par Emmanuel Pierrot.
© Emmanuel Pierrot

Emmanuel Pierrot est un artiste à part. Photographe d’objets qui n’existent pas, il assemble ses sujets de manière poétique pour provoquer le spectateur. Après avoir pas mal bourlingué, il a décidé, il y a quelques années de revenir dans ses Vosges natales.

Emmanuel Pierrot, pouvez-vous nous parler de votre univers ?

Emmanuel Pierrot – Mon univers est singulier. Je photographie l’âme des choses, c’est un univers lié à l’enfance. Je rassemble des objets, c’est une technique de jeu de récré, la forme est ludique mais c’est sérieux. Je travaille en atelier, en studio, pour le théâtre, la presse, j’expose…

Comment avez-vous débuté ?

E. P.  J’ai commencé à la Liberté de l’Est quand j’avais treize ans, j’avais une fascination pour la presse locale. Aujourd’hui, je bosse pour Libé, le Monde, die Zeit… Depuis 2014, j’ai une rubrique chaque semaine dans Libération avec Jacky Durand : « Tu mitonnes ». Il y a toujours une forme d’anxiété avant. Je chemine avec le sujet pendant 3-4 jours. Toutes les semaines, c’est un nouveau challenge !

Pourquoi être revenu dans les Vosges ?

E. P. – J’avais un atelier à Paris et il y a quelques années, je l’ai lâché pour reprendre la ferme familiale au col de la Croix des Moinats et poser mes valises. J’ai pris de la hauteur par rapport à ma vie en ville ! Je me suis ancré dans le sol. J’avais envie de revenir aux sources, d’irriguer les fonds de vallée ! A ma dernière expo, les gens sont venus voir ce que ce grand escogriffe donnait à voir. Je n’ai jamais vu autant d’attention sur les images, l’exposition est un grand succès. J’ai le sentiment de faire bouger les lignes et d’apporter une proposition culturelle de qualité. On a l’impression ici, qu’il y a un déficit, une fuite des cerveaux. Je vais à contre-courant.

A quoi ressemblent vos photographies ?

E. P. – Je provoque les gens. Il ne faut pas prendre mes photos au premier degré. Elles sont sujet à interprétation. Mes images ont une forme d’épaisseur, de pensée poétique, il y a des strates. J’ai envie que les gens se posent des questions face à l’image. Par définition, je fais des images de choses pas « illustrables » ! Comme un illustrateur travaille avec sa peinture et ses crayons, je fabrique les objets, je les assemble.

Quels sont vos projets et vos souhaits pour 2020 ?

E. P. – Je souhaite faire avancer la culture dans les fonds de vallée, continuer à partager, échanger avec le public, faire en sorte qu’on soit ensemble face à l’adversité, qu’il n’y ait pas de ségrégation.

Expo photos d’Emmanuel Pierrot

Jusqu’au 8 mars, tous les jours de 10 h à 13 h et de 15 h 19 h

Maison de la Bresse

Entrée libre

Tél : 03 29 62 65 95

http://maisondelabresse.fr