Le mythe du Loup, suivant les époques, revisité par le Musée de l'Image.

Promenons-nous dans le musée départemental de l’Image ! Loup, y es-tu ? Qui es-tu ? Une exposition est consacrée à l’aventure culturelle de cet animal anthropomorphisé, grand amateur de chair fraîche et bien connu des petits et des grands : canis lupus ! On en frissonne d’avance, de plaisir et de terreur !

Essayez pour voir : prononcez le mot « loup ». Et vous verrez chacun dresser l’oreille et montrer les dents : il y a ceux qui sont pour sa réintroduction, ceux qui sont contre, ceux qui le craignent et ceux qui l’admirent. En fait, le loup suscite toute la palette des sentiments sauf l’indifférence !

Son image se transmet de génération en génération. Il habite notre inconscient collectif et chacun en a une représentation mentale. Il côtoie l’homme depuis la préhistoire, ce qui lui a laissé le temps de se forger une sérieuse réputation ! On entretient la peur du loup en nous en rebattant les oreilles depuis qu’on est tout petits.

Rappelez-vous les contes de votre enfance, les fables de la Fontaine vantant sa mauvaise foi : « la raison du plus fort est toujours la meilleure », la légende de Romulus et Rémus, les chansons, les histoires de loup garou, les dessins animés dont il est le héros pour le meilleur… et surtout pour le pire ! Sa détestation millénaire est apparue lorsque l’homme est devenu agriculteur.

Le loup s’attaquant aux troupeaux, est naturellement devenu un nuisible qu’il convenait d’éliminer. Il devait avoir les oreilles qui sifflent lors des veillées ! Les bestiaires médiévaux ont propagé son image d’animal aux intentions malfaisantes et cruelles. Au siècle des Lumières et à l’époque où la bête du Gévaudan terrorisait les populations, Buffon dans son Histoire naturelle parle d’un carnassier « nuisible de son vivant, inutile après sa mort ».

L’imagination de l’homme pour l’éradiquer n’a souffert aucune limite : pièges, fusils, techniques d’empoisonnement sophistiquées ont été au point, tant et si bien que le loup a disparu de France en 1937. Il a fallu sans doute attendre le XXe siècle pour que son image se renverse et que de nouvelles interprétations nous soient données dans la littérature jeunesse. D’animal cruel à la gueule démesurée, il est devenu naïf, gentil ou ridicule.

Aujourd’hui, il figure sur la liste des espèces protégées. La peur du loup n’opère plus comme le démontre le travail de l’illustratrice Marjolaine Leray dans Un petit chaperon rouge. L’artiste Mircea Cantor, dans sa vidéo Deeparture, nous le montre, sans mise en scène, face à une biche dans un cube blanc. L’exposition prend place dans six espaces différents sur 320 mètres carrés.

Au sein de chaque salle se succèdent des ambiances différentes incluant parfois le son (afin d’écouter contes et fables) et imaginée par la scénographe Marie Teyssier. Des œuvres issues des Beaux-Arts, des arts décoratifs, des spécimens d’histoire naturelle, documents d’archives, extraits sonores, estampes, costumes, sculptures, articles de journaux, enrichissent le parcours.

Expo Loup qui es-tu ?

Jusqu’au 31 mai 2020

Musée de l’Image, Épinal

Tél : 03 29 81 48 30

www.museedelimage.fr

Tarifs : 4,50 à 6 €, enfant 1 €, billet famille 10 €