Accueil > Sport > Basket - Hand - Volley > Basket : les maires de Golbey et Épinal au chevet de l’ASGE si…

Basket : les maires de Golbey et Épinal au chevet de l’ASGE si…

Le 05 mai 2022 par Jordane Rommevaux
Le maire d'Épinal, Patrick Nardin, demande la démission de la présidente de l'ASGE, Murielle Nourdin.
Le maire d'Épinal, Patrick Nardin, demande la démission de la présidente de l'ASGE, Murielle Nourdin.
© Jordane Rommevaux

… si la présidente de l’Ambition Sportive Gobey-Épinal, Murielle Nourdin, démissionne de son poste dans les plus brefs délais. C’est en ces termes que le maire d’Épinal, Patrick Nardin, en accord avec son homologue golbéen, Roger Alémani, absent du point presse, a décidé d’intervenir pour sauver la maison ASGE, qui est dans une situation de cessation de paiements. Un projet de relance est déjà dans les tuyaux.

“La maison ASGE brûle et il y a urgence à réagir vite. Le maire de Golbey, Roger Alémani et moi-même sommes prêts à venir en aide à l’un des clubs historiques de la région Grand-Est, si sa présidente, Murielle Nourdin, démissionne de son mandat”, déclare solennellement Patrick Nardin, le maire d’Épinal, à l’occasion d’un point presse exceptionnel, décidé rapidement car “la situation nécessite une rapide et forte réaction, pour ne pas voir ce club historique repartir dans les bas-fonds des classements régionaux”, ajoute-t-il.

Outre l’aspect sportif qui a vu le club, coaché par Laurent Mathis, sombrer au classement, sans aucun moyen de réagir pour décrocher son maintien en Nationale 1, c’est en coulisse que le club amorce sa descente aux enfers. Avec un budget en recul par rapport à 2018, puisqu’il est passé de 800 000 euros à 450 000 euros, le maire d’Épinal a fait le constat amer que le club subissait “un déficit de l’ordre de 140 000 euros, ce qui a provoqué la démission de nombreux membres du conseil d’administration du club, qui n’étaient pas au courant de cet état de fait, mais pas la démission de la présidente, qui refuse cette solution”.

En réponse à cette décision, les deux communes ont bloqué leurs subventions qui restaient à verser, soit 84 000 euros pour Golbey et 16 000 euros pour Épinal. “Des montants qui seront immédiatement débloqués, si la présidente démissionne de son poste, afin que nous puissions mettre en place notre plan de sauvegarde du club. Il y a urgence car nous rencontrerons la Commission nationale de contrôle et de gestion (CNCG) le 18 mai prochain”, confie l’élu qui avoue que la situation est “rattrapable” et “un délai” peut être accordé au club, “si nous leur présentons des garanties”.

Des garanties financières et un projet sportif de relance crédible qui a déjà été avancé par les deux maires puisqu’ils reconnaissent avoir déjà noué des liens forts avec le SLUC Nancy.

“En connaissance de nos difficultés, ce sont les dirigeants nancéiens qui ont pris l’initiative de nous contacter pour nous proposer leur aide. Eux-mêmes ont été dans une situation délicate, il y a quelques années et aujourd’hui ils ont fait un excellent travail et ils postulent à une remontée en Pro A. Un partenariat est envisagé pour soutenir le club, envisager des échanges de joueurs, avec doubles-licences et des partenariats de sponsoring privés, partagés par les deux clubs. L’ASGE pourrait en quelques sortes devenir la pouponnière de talent du SLUC. Je précise que c’est un projet de filiation et non d’absorption. L’ASGE conservera son identité”, précise Patrick Nardin, qui ne cache pas que le désir premier est de “permettre au club de remonter rapidement en N1”.

La balle est désormais dans le camp de la présidente Murielle Nourdin et de son conseil d’administration, qui devrait rapidement organiser une assemblée générale extraordinaire.

Menu
logo facebook logo instagram logo twitter logo linkedin