On fête les mamans partout dans le monde, de façon différente.
- Publicité -2

En Asie, en Afrique, en Amérique du Nord comme du Sud ou en Europe, les mamans ont généralement les honneurs de leur progéniture, un jour dans l’année. Si en France le traditionnel collier de nouilles a longtemps été le cadeau préféré des enfants, qu’en est-il en Chine, en Australie, en Éthiopie ou au Brésil ? Tour d’horizon des traditions dans le monde.

Célébrée le dernier dimanche de mai, la fête des mères ne date pas d’hier. Son histoire prend ses origines dans la mythologie grecque lorsque la mère de Zeus, Rhéa, était mise à l’honneur. De leur côté, les chrétiens célébraient également la maternité lors du dernier dimanche de Carême. Si elle ne se présentait pas sous la même forme qu’aujourd’hui, la fête des mères existe donc depuis des millénaires.

  • En France, on la retrouve telle qu’on la connaît en 1906, dans le village d’Artas en Isère, où une cérémonie en faveur des mères de familles nombreuses fut organisée. Durant la seconde guerre mondiale, dans un objectif de relance de la natalité, le Maréchal Pétain souligne le travail des mères en 1942. La fête des mères a donc bien changé au fil des siècles, mais s’il faut retenir quelque chose, c’est que c’est une journée pour gâter sa maman et lui faire plaisir. Notamment un joli cadeau de fête des mères. Une fête qui se déroulera traditionnellement le dernier dimanche de mai, ou premier dimanche de juin, si Pentecôte.
  • En Australie, les enfants profitent de cette fête pour offrir des fleurs, des poèmes ou chanter une chanson à leur maman. En parallèle, c’est l’occasion de réunir famille et amis autour d’un barbecue et de déguster la traditionnelle Pavlova (meringue craquante recouverte de crème chantilly et de fruits, ndlr). Une fête qui se déroulera traditionnellement le deuxième dimanche de mai.
  • Au Portugal, en Espagne et en Italie, les mamans sont célébrées le premier dimanche de mai, à l’occasion d’une cérémonie religieuse à l’église.
  • En Thaïlande, c’est le 12 août, anniversaire de la reine Sirikit, qui a été choisi, elle-même considérée comme la mère de tous. Une grande parade est organisée, avec feux d’artifices et illuminations. La gratuité est instaurée dans les transports en commun pour les mamans accompagnées de leur enfant et chaque Thaïlandais doit offrir un bouquet de jasmin à sa maman.
  • Aux États-Unis, elle est très suivie, les deuxièmes dimanches de mai et oblige chaque enfant, dès sa première année de vie, à consacrer sa journée à sa mère ou à la mémoire de celle-ci si elle est disparue.
  • Au Brésil, cette « journée des mères » (dia das maes, ndlr) est célébrée le deuxième dimanche de mai et est destinée à remercier celle qui a donné naissance. L’occasion de se retrouver en famille autour du repas traditionnel de churrascos (viande, riz, haricots noirs).
  • En Angleterre, la fête des mères est appelée « Mothering Sunday » et est célébrée le quatrième dimanche du Carême, soit mi-mars. La tradition veut que les enfants préparent un gâteau : le « mothering cake » constitué de fruits secs, décoré de 11 boules de pâte d’amande et parfois recouvert de violettes en sucre.
  • En Éthiopie, elle n’a pas une date fixe puisqu’elle est célébrée dès que la saison des pluies se termine, en automne. Les membres des familles se réunissent alors pendant 3 jours. Les filles apportent traditionnellement des légumes, du beurre, des épices et du fromage, tandis que les fils apportent de la viande d’agneau ou de taureau.
  • En Chine, c’est au deuxième dimanche de mai que les enfants offrent cadeaux et œillets à leur maman. Une journée de détente pour ces dernières puisque les enfants prennent en charge les tâches ménagères et la préparation du repas spécial de la famille.
  • Au Népal, les enfants offrent à leur mère des bonbons. Célébrée le dernier jour du mois d’avril, elle rend surtout hommage aux mamans disparues, grâce à un pèlerinage vers les étangs Mata-Tirtha, au sud de Katmandou.

Source : ufe.org