Adrien Laroque
© CAE
Adrien Laroque, vous êtes res-ponsable du service Public de l’Habitat de la Communauté d’Agglomération d’Épinal (CAE). Qu’elle est votre mission ?  

Tout d’abord, le service Public de l’Habitat de la CAE s’inscrit dans l’ouverture prochaine de la Maison de l’Habitat et du Territoire. Volonté des élus, ce tout nouveau lieu aura pour vocation d’accompagner les habitants des 78 communes qui la constituent afin de doubler notre niveau d’autonomie énergétique sur 10 ans et devenir un territoire 100 % à énergie positive à l’horizon 2050. Il y a encore beaucoup de progrès à accomplir, dans tous les secteurs d’activité et notamment dans celui de l’habitat qui est l’un des principaux responsables de la consommation d’énergie et des émissions de gaz à effet de serre.  Pour sensibiliser les particuliers et les bailleurs, nous proposons un service d’accompagnement pour « bien vivre » le logement qui aborde les questions liées à la qualité de l’air intérieur, l’autonomie, mais aussi au confort thermique et à la performance énergétique.

Qu’est ce qui définit ces objectifs ?

La politique de logement de la CAE s’appuie sur ­le Programme Local de l’Habitat, une étude qui dresse un état des lieux de l’habitat public et privé d’un territoire. Elle détaille les points positifs et négatifs et prévoit les besoins en termes d’évolution ainsi que l’accompagnement d’une offre nouvelle en phase avec la démographie du territoire qui, concernant nos 78 communes, reste modérée.

Comment atteindre les objectifs visés ?

Il s’agit de travailler sur la performance énergétique des logements dont une grosse partie est ancienne et doit faire l’objet d’une rénovation énergétique, ainsi que sur la requalification et la reconquête du bâti ancien des centre-bourgs, souvent dégradé et vacant. Jusqu’alors, la branche énergétique était portée par l’Agence Locale pour le Climat et l’Énergie (l’Alec). En 2022, ce service fusionnera avec la Maison de l’Habitat et du Territoire et renforcera le Pôle Habitat de la CAE. 

En 2022, l’Alec fusionnera avec la Maison de l’Habitat & du Territoire.

Donc pour bénéficier de ce service, il faudra vous contacter ?

Justement, notre présence au salonHabitat et Bois, a pour objectif de rencontrer les particuliers qui ont un projet d’habitation et de rénovation énergétique et de faire le lien avec la Maison de l’Habitat et du Territoire. C’est là désormais qu’ils pourront bénéficier, comme avec l’Alec, de conseils neutres et indépendants, d’un appui technique et réglementaire, d’informations sur les aides financières et les professionnels labellisés RGE*, ainsi que d’un accompagnement « pas à pas », toujours gratuits, dans les phases de réalisation de leur projet.

Qu’est-ce qui motive le plus les particuliers à faire appel à un accompagnement pour leurs travaux de rénovation énergétique ?

Neuf appels sur dix, reçus par les techniciens de l’Alec, concernent les aides financières : « À quelles aides ai-je droit ? ». Une question que nous reformulons systématiquement : « Quels sont les travaux dont vous avez besoin ? ». Car oui, des aides financières, il y en a.
Mais l’important, c’est de faire les bons travaux et au bon prix, afin de réaliser des économies importantes et durables. Pour cela, il faut prioriser les travaux et faire un état des lieux de la situation du logement.

Du « sur mesure »…

J’ai coutume de dire que le logement est un duo formé par le bâti et son occupant. Donc, on ne peut pas appliquer le même schéma à deux foyers différents. C’est la raison de notre présence au stand sur le Salon Habitat et Bois : permettre aux gens de préciser leur situation, à l’aide d’un questionnaire basé sur des éléments qualitatifs simples : surface, mitoyenneté, isolation des combles, ventilation, vitrage des fenêtres, par exemple, ou le montant annuel de leur facture d’énergie. Ces quelques points permettent une approche qualitative du logement et de dire : « par rapport à une habitation de taille comparable à la vôtre, voilà comment vous vous situez ». Puis détecter les travaux à engager, définir leur ordre de priorité et communiquer des ratios de prix, bien utiles pour comprendre les devis et s’engager dans de bonnes conditions.

Pour bien réfléchir avant de se lancer ?

Oui. Dans notre société, on veut tout et tout de suite. Et souvent les gens se précipitent parce qu’il y a des « effets d’aubaine » créés sur le risque que les aides financières comme le crédit d’impôt ne soient pas reconduites. En fait, il y aura toujours des aides financières, même si elles évoluent. Et c’est justement le job des conseillers techniques de l’Alec aujourd’hui et de la Maison de l’Habitat et du Territoire demain : aider les particuliers à optimiser leur projet en béné-ficiant des aides en vigueur et à prendre le temps de la réflexion pour engager les bons travaux. Nous recevons également les personnes qui ont déjà des devis afin de les assurer que leur projet est cohérent et qu’il intègre les besoins prioritaires du logement.

La Maison de l’Habitat et du Territoire, concerne aussi les bailleurs et les professionnels ?

Elle sera un lieu privilégié d’accueil et de ressources pour la rénovation mais aussi pour la réflexion sur le « bien vivre » dans un logement. Des animations à destination des investisseurs seront organisées avec des partenaires spécialisés sur la rentabilité, le type de logement à privilégier, les obligations du bailleur, les contraintes qui bientôt interdiront de louer un bien en dessous d’une certaine classe énergétique. Les programmes des animations seront disponibles sur le site internet de la l’agglomération.

Ce lieu unique sera aussi l’occasion de renforcer le partenariat entre professionnels du logement : architectes, artisans, maîtres d’œuvre, notaires, agents immobiliers, chambres consulaires. Un pôle de réflexion où tous ces acteurs auront un rôle à jouer pour atteindre les objectifs que nous avons fixés pour notre territoire.

Les clés pour votre réno
Du 16 au 20 septembre
Gande Halle, Salon Habitat et bois
Stand 65

 

Le bâtiment qui montre la voie !
La Maison de l’Habitat et du Territoire >

Ce bâtiment, initié par la Communauté d’Agglomération d’Épinal et par le SCOT des Vosges Centrales, sorti de terre cet été à quelques pas de la gare d’Épinal, est exemplaire .

Une consommation énergétique inférieure de 40 % aux exigences de la réglementation thermique 2012

Énergie 3, Carbone 1. Ce bâti est un modèle pour la mise en œuvre des énergies renouvelables : production d’énergie par des panneaux photovoltaïques en toiture et système de chauffage réversible par géothermie.

Une optimisation des circuits cours démontrée

Matériaux biosourcés, plus-value de l’utilisation du bois pour la construction, l’isolation et l’aménagement intérieur du bâtiment, la Maison de l’Habitat et du Territoire met l’écosystème local et la filière forêt-bois à l’honneur !

Un marché global de performance

Le groupement chargé de la construction est engagé à effectuer des actions correctives pendant 4 ans afin que les mesures de consommations effectuées chaque année, rapprochées aux objectifs, garantissent les résultats attendus.

Une seconde vie pour une friche ferroviaire

L’opportunité de réutiliser des terrains autrefois urbanisés et de faciliter l’accès du public.