© Mustapha Aitalla

Aujourd’hui, c’est avec une certaine émotion que la nouvelle Maison des Cultures de Remiremont a accueilli les enfants de 6 à 9 ans pour le premiers cours de Street Art ! C’est l’artiste Benoit Actstkew qui a inauguré la toute nouvelle salle, imaginée notamment par Mustapha Aitalla, président de l’association R-Play et co-président de l’association Pacct.

La Maison des Cultures de Remiremont est un projet fort qui permet aux jeunes et aux adultes de se fédérer autour du Street Art. L’occasion de promouvoir cet art qui, depuis plusieurs années, connait un bel essor après avoir été longtemps considéré comme une sous-culture. « Ce projet, c’est celui de tout le monde ! » s’émeut Mustapha Aitalla, co-président de l’association Pacct. « C’est un endroit où l’on peut pratiquer le Street Art, poser des questions, se retrouver entre amis ou en famille, ou même juste regarder pour les curieux », continue-t-il. Pour créer ce lieu de rencontres qui se veut ouvert à tous, c’est le gymnase du Rhumont à Remiremont qui a été sélectionné ! En effet, grâce à la Ville de Remiremont, le projet a pu prendre vie suite à la rénovation du bâtiment afin d’accueillir le public. Mustapha Aitalla poursuit : « Aux États-Unis, ce genre d’endroit est très populaire, alors pourquoi ne pas le faire venir en France ? Les artistes ont aussi envie de transmettre leur passion, ils sont très pédagogues ». C’est d’ailleurs le critère premier qui est entré en jeu lors de la prise de contact avec les artistes souhaitant participer au projet.

Mustapha Aitalla, président de l’association R-Play et co-président de l’association PACCT à Remiremont (c) Cécile Jacquot
Une victoire culturelle 

Tous les artistes qui viennent donner des cours dans cette Maison des Cultures sont habitués au public. C’est un très bon moyen d’ailleurs de promouvoir le Street Art et de le développer de plus en plus sur le territoire. Certains artistes vont montrer aux élèves, petits et grands, comment customiser des objets ou encore leurs différentes techniques. Pour Mustapha Aitalla, ce projet « est une victoire pour le Street Art ! ». Et pour toucher un large public, plusieurs horaires sont proposés pour s’adapter aux enfants comme aux adultes, avec des accueils en journée pour les groupes scolaires ou les EHPAD, par exemple. Et c’est avec de petits effectifs que souhaite fonctionne la Maison des Cultures de Remiremont, une meilleure manière de transmettre son savoir ! Enfin, pendant les vacances scolaires, d’autres projets seront mis en place avec des stage ou des vacances apprenantes.