L’actualité de ces derniers jours de The Aerial est tellement trépidante qu’on arrive tout juste à les rencontrer entre un tournage de clip, la préparation de leur premier EP et une balance de son à quelques heures d’un concert.

The Aerial c’est l’histoire de la rencontre entre trois garçons originaires de Neufchâteau et Joe venu tout droit des docks de Liverpool. La pop-electro de The Aerial a grandi avec l’évolution du groupe et ressemble à un herbier musical glané des Beatles à aujourd’hui :  » Il y a plein d’influences : on utilise l’electro pour une touche moderne, on a des clins d’oeil hip hop et surtout on est très influencés par les années 80 : on a glissé du saxo live, des passages de rap, une batterie électronique, un peu de chorus dans les basses comme chez the Cure… « , s’enflamme Nicolas, bassiste du groupe. 

Un environnement sonore taillé sur mesure pour les harmonies vocales de The Aerial qui chantent ensemble :  » Quand on a débuté on s’est mis à bosser les harmonies vocales mais ce n’était pas notre spécialité, on a dû se mettre à niveau, notamment en prenant des cours.  » 

Les succès et les scènes des principaux festivals de l’Est s’enchainent (Le Jardin de Michel, le Zikametz, Musiques et Terrasses, Sonic Visions, le NJP…). The Aerial partage la scène avec quelques pointures comme Miossec ou Shaka Ponk. Avec toujours une farouche volonté de vaincre et la niaque :  » On se fixe des objectifs et on les atteint « , ce qui leur vaut d’être retenus pour la scène du Printemps de Bourges en avril prochain ! 

Le groupe défend également une valeur importante à ses yeux : la musique gratuite.  » On veut que notre musique soit librement accessible à tous. On a grandi avec les mp3 dans les oreilles, aucun de nous dans le groupe n’a jamais acheté un album de sa vie. Aujourd’hui, si on peut faire de la musique c’est grâce à Napster (ndlr : site de téléchargement sur internet), c’est grâce à cette musique qu’on peut être présents dans de grands festivals ! « 

The Aerial, en véritable laboratoire d’idées, cherche donc des moyens de se financer autrement. Il y a les concerts, les cachets évidemment, mais plus original, le groupe s’est entiché du sponsoring du club de foot de Nancy qui diffuse leur musique durant les matchs. Et ils revendiquent leurs origines lorraines, ce qui a également séduit le club. 

Les garçons sont tout aussi fiers de leurs origines vosgiennes… et britannique : 
 » Liverpool c’est les Vosges de l’Angleterre ! « , sourit malicieusement Nicolas, clin d’oeil complice au chanteur Joe.  » On n’a pas joué depuis très longtemps à Neufchâteau, on vient avec un vrai set intéressant.  » Une étape de plus dans un agenda de tournée bien rempli. L’air de rien, The Aerial vous allez beaucoup en entendre parler dans les semaines à venir.

Tarif : 5 euros
Tel : 03 29 94 99 50