Il vient de sortir un EP et s’apprête à présenter son premier album au début de l’année 2013. Mr YaZ, de son vrai nom Yacine El Fath, propose un son funk aux finitions pop, mariné aux accents anglais tellement groovy. Un talent vosgien à découvrir !

« Je ne veux pas faire de la musique pour musiciens, ni juste pour vendre, je veux trouver le compromis entre les deux. De la musique pop dans le sens populaire.  » A l’écoute de son premier EP, on sort résolument conquis par les sons très funk et soul de Mr YaZ, des lignes de basse bien senties qui donnent une ambiance groove à l’ensemble. Lui qui revendique comme influences Jamiroquai, Prince ou Steevie Wonder n’a visiblement pas manqué de s’en inspirer. 

 » C’est la musique black qui m’influence le plus, le vieux rock avec Hendrix par exemple. Dans les contemporains, Bernhoft est un artiste auquel je suis très sensible, il arrive à mêler des influences groove et soul pour faire quelque chose de pop et d’abordable. J’essaye d’avoir la même démarche artistique. « 

Avant d’en arriver à cet épanouissement musical, Yacine a connu un parcours musical plutôt original puisqu’il a débuté par la musique classique et la trompette. Puis vers 15 ans, c’est le jazz qui frappe les oreilles du mélomane, accompagné du rock’n’roll d’Elvis Presley et de Little Richard.   » Vers 17 – 18 ans, j’ai eu envie faire autre chose. C’est Jimmy Hendrix qui m’attirait, l’impro à la guitare électrique… « 
La bête de scène cogne sous la coque de l’artiste solitaire… 

L’anglais pour ses sonorités

Première fête de la musique en guitare-voix, la naissance d’un premier groupe The Hush et les premières compos. Il y a moins d’un an, Yacine recrée une nouvelle formation et monte sur scène sous le nom de Mr YaZ, accompagné de Stéphane Escoms au clavier, Laurent Pisuila à la guitare, Claire Jacquot à la basse et Romain Di Loreto à la batterie. Il adopte le statut d’intermittent du spectacle et se consacre intégralement à la musique. Il vient de signer avec le label Akaz (orienté soul, blues, jazz et reggae) en février dernier, quinze jours seulement après avoir envoyé ses maquettes ! 

Le début d’une longue carrière ?  » Le premier objectif c’est de réussir à en vivre, le second c’est de mener mon projet personnel le plus loin possible. Dans la vie je suis plutôt réservé, sur scène j’explose, ça me donne une espèce d’énergie naturelle… De tous les aspects de la musique c’est celui que je préfère. « 

Mr YaZ compose ses textes en anglais :  » J’écoute des textes anglais depuis que je suis tout petit, ma mère est prof d’anglais, j’ai de la famille éparpillée partout, aux Etats-Unis… C’est une langue plus riche au niveau sonorités que le français. Et c’est plus facile de faire groover l’anglais.  » Une langue parfois bannie par les artistes français mais qui a ses adeptes (BB Brunes, Coeur de Pirate, Indochine…) S’il voyage beaucoup, c’est dans les Vosges qu’il a établi sa base. Là aussi qu’il entame une résidence artistique pour se perfectionner sur la scène de l’espace Sadoul de Saint-Dié-des-Vosges. 

De quoi parfaire son répertoire et son jeu de scène après une année chargée : Festival des Arts en Liberté à Saint-Dié-des-Vosges, première partie de Lussy in the Sky, prochainement également avec Carmen Maria Vega, concerts à Londres en novembre et enregistrement d’un album (10 à 13 titres pour 2013).