Grosse attente pour le 25e Festival du film fantastique à Gérardmer.
© Festival-Gérardmer.com

Du 31 janvier au 4 février, la Perle des Vosges célébrera le 25anniversaire de son Festival du Film Fantastique. Au programme des réjouissances, une centaine de projections, entre compétitions, hommages et nuits événements.

Gérardmer replonge dans l’effroi. Pour sa vingt-cinquième édition, le Festival du Film Fantastique, qui a offert, ces derniers jours, un panorama des plus beaux moments de son histoire sur les réseaux sociaux, est attendu au tournant. Le jury, présidé par Mathieu Kassovitz, devra départager dix longs-métrages prétendant au Grand Prix et susceptibles de succéder à Grave, de Julia Ducournau.

Et c’est sur de nouveaux espoirs du fantastique et de l’horreur qu’a voulu miser la manifestation cette année. Sur l’ensemble des œuvres engagées dans la compétition, il faudra compter sur quatre premiers films et quatre longs-métrages qui ne sont que les seconds de leurs auteurs.

Tensions, disparitions

Premier long-métrage de l’espagnol Sergio Sanchez, Le secret de Marrowbone ouvrira la semaine avec un huis-clos qui met en scène des frères et sœurs livrés à eux-mêmes après avoir décidé de passer sous silence la disparition de leur mère. Au casting, on retrouve Anya Taylor-Joy, révélation de Split, dernier coup de maître de M. Night Shyamalan.

Par la suite, Chasseuse de géants, coup d’essai du danois Anders Walter, suivra, quant à lui, la quête d’une ado obnubilée par des géants et bien décidée à en découdre avec eux. Les bookmakers du cinéma d’horreur mettraient bien une pièce sur Les bonnes manières, du tandem brésilien Juliana Rojas / Marco Dutra, qui se penche sur les liens particuliers qui unissent deux femmes (une future mère aux manières bourgeoises et celle qui s’occupera plus tard de l’enfant qu’elle porte) et qui vont dégénérer au cœur de la nuit.

A noter aussi, une incursion dans l’animation, dans cette course au Grand Prix, avec la présentation de Mutafukaz, premier film de Shôjirô Nishimi et Guillaume Renard, et produit par les studios Ankama (Dofus, Wakfu).

Zombies

Au rayon des attentes, on peut également citer Ghostland, du frenchie Pascal Laugier (Martyrs), qui sera présenté en avant-première mondiale et promet de faire honneur au « home invasion », genre roi du cinéma US, qui voit par définition des inconnus venir troubler la quiétude d’une demeure et de ses occupants.

Ou encore Affamés, film de morts vivants québécois avec Marc-André Grondin (Le premier jour du reste de ta vie) en chasseur de zombies. Hors-compétition, il ne manquera pas non plus de pièces de choix. Des morts qui marchent, il en est aussi question dans La nuit a dévoré le monde, adaptation du roman éponyme de Martin Page, elle aussi très attendue.

Un an après l’hommage qu’il a consacré au cinéaste japonais, le festival présentera également Avant que nous disparaissions, de Kiyoshi Kurosawa, qui y accommode le drame et la Science-Fiction. Quant à Xavier Gens, il présentera son Cold Skin qui ne cache pas ses inspirations « lovecraftiennes ».

Entre terrain connu et contrées inexplorées, cette édition anniversaire devrait permettre à tous de s’en mettre sous la dent.

25e Festival du Film Fantastique

Du 31 janvier au 4 février 2018

Casino de Gérardmer

Infos billetterie : www.festival-gerardmer.com

Horreur, satire et dérision ibérique en tête d’affiche

Tout au long de la semaine, le festival rendra hommage à Alex de la Iglesia, figure du cinéma de genre espagnol, en projetant plusieurs de ses films (dont Le jour de la bête, qui avait reçu le Grand prix à Gérardmer en 1996). L’occasion aussi de découvrir, sur grand écran, sa dernière réalisation, El Bar, (le film est sorti directement sur Netflix à l’automne dernier), sa dernière production (The Blacksmith & the Devil) et un documentaire qui lui est directement consacré.