Amadeo Cervone présentera son oeuvre sur le beffroi de la Basilique Saint-Maurice à Épinal.
© Ville d'Épinal

Amadeo Cervone est un jeune artiste, lauréat du Workshop 2020 et de la catégorie « Artistes Confirmés » du Concours de Mapping 2020 de la Fête des Images de la Ville d’Épinal. Rencontre en 3 questions.

Vous avez été lauréat de la catégorie jeunes talents 2019 de la Fête des Images, mais aussi lauréat de la catégorie « Artistes confirmés » du Concours Mapping 2020, qu’avez-vous ressenti à l’annonce des résultats ? 

En tant que jeune artiste débutant dans le monde du travail, il est toujours extrêmement gratifiant de voir sa création approuvée et reconnue. Surtout lorsque cette création remporte le prix d’un concours pour lequel les autres participants font preuve d’autant de talent. J’ai tout simplement été très fier de voir mes efforts récompensés.

Grâce à ces prix, la Ville d’Épinal vous a passé commande, pour un montant de 5 000 euros, pour l’édition 2021. Que nous avez-vous préparé ?

J’ai décidé de transformer le beffroi de la basilique Saint-Maurice en un théâtre mécanique. J’ai nourri l’esthétique de mon dessin d’animation en m’inspirant à la fois du spectacle de marionnettes et de l’art de l’horlogerie. Aussi, j’ai donné à la narration et au figuratif une place primordiale dans mon travail. En prenant en compte le thème « Le Voyage », j’ai centré le film sur les déambulations d’un protagoniste. Arpentant un univers inconnu et riche en surprises.

L’oeuvre d’Amadeo Cervone qui sera visible sur la façade du beffroi de la Basilique Saint-Maurice

Enfin, que pensez-vous de la Fête des Images ? Selon vous, cela représente-il quelque chose d’important à Épinal? Cela permet-il à de jeunes artistes comme vous de participer à des concours ? Et, pourquoi pas, lancer des carrières.

Participer au concours de La Fête des Images d’Épinal, c’est effectivement une opportunité qui offre de la visibilité aux artistes débutants. Ouvrant ainsi des portes dans le monde du travail. Cela donne du crédit à mon parcours professionnel. Mais ce concours, c’est aussi l’occasion pour de jeunes artistes d’expérimenter un nouveau média, une nouvelle manière de créer. Articuler un film et sa narration en fonction d’une œuvre architecturale préexistante me semble être une expérience assez inédite.