Cet hiver, les Vosges ont connu un fort enneigement, mais la crise sanitaire a limité les activités.
© Jofy 88
- Publicité -MIB-NVX-DOCKS2021

C’est bientôt le printemps, l’occasion pour nous de faire le point sur l’activité touristique dans les Vosges cet hiver. Mi-février, l’Observatoire départemental du tourisme a publié deux notes de conjoncture. L’une pour les vacances de Noël, l’autre sur la période inter-vacances.

Avec la fermeture des remontées mécaniques, des bars et des restaurants, l’hiver 2020-2021 a été très atypique. Les voyageurs et les professionnels du tourisme n’ont pas pu profiter pleinement de la saison. Pourtant, malgré la crise sanitaire et une offre touristique restreinte, la clientèle a été présente dans les stations. En effet, l’image « nature » des Vosges et le fort enneigement ont attirer les visiteurs.

S’adapter à la crise

Cet hiver, la neige est tombée en abondance, notamment à la fin du mois de décembre. Les touristes se sont donc adaptés : à défaut de pouvoir pratiquer le ski alpin, la clientèle s’est tournée vers le ski de fond et de randonnée, les raquettes et la luge. Les stations de ski s’en sont donc bien sorties et ont vu leur fréquentation augmenter par rapport à une année classique. Mais cette hausse n’a pas bénéficié aux Écoles de Ski Françaises (ESF), dont l’activité a été fortement impactée par la fermeture des remontées mécaniques.

Se loger cet hiver

La fréquentation a été essentiellement assurée par une clientèle de proximité originaire du Grand-Est, des Hauts-de-France et de l’Île-de-France. Pendant les vacances de Noël, les campings et les hébergements collectifs et associatifs ont eu peu, voire pas, de fréquentation. Seuls les hôtels et les logements, types chambres d’hôtes, ont eu un taux d’occupation satisfaisant, notamment la deuxième semaine. Sur la période inter vacances de 2021, le taux de fréquentation a fortement baissé, atteignant à peine les 21 % en moyenne. La forte proportion de Lorrains et d’Alsaciens laisse supposer une importance présence d’excursionnistes, venant juste passer une journée dans les stations sans y séjourner.