Visite de Daniel Gremillet à la centrale hydroélectrique de Blanchemer à La Bresse, ce lundi 29 mars.
© DG
- Publicité -2

A l’occasion de la visite de la centrale hydroélectrique de Blanchemer à La Bresse, le Sénateur des Vosges, Daniel Gremillet, a présenté plusieurs axes de sa politique. Deux propositions qui s’inscrivent au cœur de la transition énergétique et de la relance économique, déposées au sénat le 25 février dernier.

Dans le cadre de son engagement pour l’environnement, le Sénateur des Vosges Daniel Gremillet a proposé une loi tendant à inscrire l’hydroélectricité au cœur de la transition énergétique et de la relance économique. Des mesures apportées à l’occasion de l’examen de la loi dite « Énergie-Climat » du 8 novembre 2019. Aux yeux du rapporteur pour le Sénat, il est important de travailler sur les enjeux liés à la continuité écologique des cours d’eau ou à la fiscalité applicable aux moulins. Cette nécessité d’encourager la production d’énergie hydraulique a d’ailleurs été inscrit parmi les objectifs de la politique de Daniel Gremillet afin d’atteindre la neutralité carbone en 2050. Cependant, l’hydroélectricité présente quelques freins. Tout d’abord, les objectifs en matière de production de l’énergie hydraulique ne sont pas chiffrés contrairement à toutes les autres sources d’énergie décarbonnée. De plus, la complexité normative et administrative fait peur. Enfin, l’hydroélectricité est soumise à une forte pression fiscale.

Un projet ambitieux

On vous le disait un peu plus haut, l’hydroélectricité présente beaucoup de freins ! Pour que sa proposition de loi puisse voir le jour, Daniel Gremillet a également proposé une résolution afin de lever les freins réglementaires et administratifs pour l’essor de cette énergie. La proposition de résolution, en application de l’article 34-1 de la constitution espère inciter le Gouvernement à simplifier l’administration et les réglementations. Le but étant de développer le potentiel de l’hydroélectricité. Le Sénateur des Vosges appuie sur la vigilance à accorder à l’évolution de cette activité, au regard de la politique européenne de concurrence. Mais aussi, il estime qu’il vaut mieux l’articuler avec les règles de continuités écologiques des cours d’eau. Enfin, cette proposition tend également à compléter les dispositifs de soutien administratif et financier existants.

Dans les Vosges, ça donne quoi ?

Au cœur de notre territoire, plus de 200 microcentrales hydroélectriques ont vu le jour. C’est un secteur bien équipé, plaçant ainsi les Vosges en tête des départements en nombre d’installations de ce type. Quelques petits producteurs se servent de cette énergie en autonomie, mais ils sont minoritaires. La plupart revend cette électricité au réseau. Selon Daniel Gremillet, l’hydroélectricité joue un rôle majeur dans l’aménagement durable du territoire et ses capacités à concilier enjeux sociétaux, économiques et de préservation de la biodiversité. Un levier essentiel de développement économique pour les territoires ruraux, en particulier dans les zones de montagne, comme les Vosges. La proposition de loi sera examinée en commission des affaires économiques aujourd’hui, et en séance publique le 13 avril prochain. Pour la proposition de résolution, elle sera examinée plus tard au cours de la législature.