Le Préfet des Vosges présente les chênes qui serviront à confectionner la nouvelle flèche de Notre-Dame de Paris.
© Prefecture des Vosges
- Publicité -MIB-NVX-DOCKS2021

Le chantier de restauration de la Cathédrale Notre-Dame de Paris est en cours, depuis quelques mois. En point d’orgue, la reconstitution de la fameuse flèche conçue historiquement par Viollet le Duc. Cette dernière sera reconsctruite à l’identique, avec 4 chênes vosgiens.

L’élan de générosité a été important, suite à l’incendie qui a touché la cathédrale Notre-Dame de Paris, il y a un peu plus de 2 ans maintenant. Outre la générosité financière affichée par les Français, en promesses de dons, c’est toute la filière forêt-bois de l’hexagone qui s’est mobilisé pour fournir gracieusement 1 000 chênes, nécessaire pour la reconstruction de l’édifice.

Des chênes issus pour moitié des forêts publiques (32 forêts domaniales et 70 forêts communales), l’autre moitié l’est de près de 150 forêts privées. Dans le Grand-Est, ce ne sont pas moins de 200 chênes qui seront apportés gracieusement. Et parmi eux, 4 chênes spécialement sélectionnés par un expert accrédité à la reconstruction de la flèche conçue historiquement par Viollet le Duc, du transept et des travées adjacentes de la Cathédrale.

Après avoir candidaté pour proposer les chênes vosgiens, l’association des forestiers privés vosgiens-fransylva, sous l’égide de sa Fédération Nationale et de France Bois Forêt, a reçu la confirmation que 4 chênes vosgiens ont été sélectionnés sur des critères de grande longueur, de diamètres importants et de rectitudes parfaites à Domèvre-sur-Avière, à Zincourt et à Rambervillers.

La préfecture des Vosges confirme que « les arbres ont été coupés par leurs propriétaires en Lune descendante début mars 2021, sans contrepartie financière, inscrivant leurs dons dans une véritable démarche de générosité au bénéfice du patrimoine français ».

Ces chênes seront transportés vers une scierie qui les débitera en poutres. Les bois seront séchés entre 12 et 18 mois, jusqu’à atteindre un taux d’humidité de moins de 30 %. C’est donc en 2023 que les ateliers de charpentiers attributaires des marchés de travaux de la Cathédrale Notre-Dame de Paris réceptionneront le bois élaborer la couverture de cette fameuse flèche.

 

Photo d archive