Comme chaque année, le lac de Bouzey accueille les meilleurs triathlètes régionaux pour le Triathlon d’Épinal. L’épreuve devrait à nouveau rassembler quelque 700 participants, ce dimanche 10 juin. Le président du club spinalien Gérald Perny sent monter la pression avant le grand plongeon. Entretien.

C’est déjà la 27e édition du triathlon d’Épinal. Comment abordez-vous ce rendez-vous ?

G.P. – On est assez confiants, même si on est toujours dépendants de la météo. L’épreuve rassemble 700 athlètes sur la journée depuis plusieurs années donc on espère faire aussi bien. Sur certaines courses (5 au total), le nombre de dossards est limité à 300. Si le nombre de participants a augmenté depuis 4 ans, c’est parce que nous sommes de mieux en mieux organisés et les parcours sont sympas. Pour nous c’est le gros temps fort de l’année. Ça demande plusieurs mois de préparation et on a la pression de ne pas se louper.

L’événement, naguère appelé triathlon des Images, se déroule depuis de longues années autour du lac de Bouzey. Est-ce le site idéal ?

Le plus compliqué c’est la gestion des flux principalement sur la base. L’idéal serait d’être en site fermé, avec des routes coupées comme à Gérardmer mais on a déjà tâté le terrain, ce n’est même pas la peine d’y penser. Sur la journée, on a 700 athlètes, les familles et les spectateurs, ça fait du monde. Mais à part cet aspect là, le site est super, idéal pour la pratique du triathlon et la ville d’Épinal nous met dans les meilleures conditions.

Vous avez innové l’an dernier avec du swimrun par équipes de deux. La course est-elle reconduite ?

Oui tout à fait. On avait mis en place l’an dernier ce sport en format découverte. L’idée est d’en faire un jour un gros événement en soi. Le swim & run combine course à pied et nage en eau libre. Il se pratique par équipe de deux et consiste en plusieurs alternances entre les deux disciplines sur des distances variables. On court, nage et arrive ensemble. On avait une trentaine de binômes l’an dernier, on en espère 50 cette année.

Chaque athlète se fera tirer le portrait

La petite nouveauté en 2018, c’est la photo souvenir offerte à chaque finisher…

Oui on avait découvert ça en Alsace et on a voulu faire pareil. Ça coûte de l’argent au club mais c’est notre petit cadeau. On met en place une prestation avec photomaton : les athlètes passeront au cours de la journée devant l’objectif et repartiront avec leur photo (un cliché par athlète).

Sur l’épreuve reine, le M, quels sont les favoris ?

On a les jeunes du club Lucas Mathieu et Romain Tache qui peuvent espérer a minima un podium. Depuis plusieurs semaines ils font des performances et sont en forme. Fabrice Colin, notre vétéran est toujours là aux avant-postes. Et puis il y aura normalement Christophe Bétard, notre porte-étendard. La veille il est sur un X-Terra en Belgique mais il devrait répondre présent pour le club.

Le triathlon est un sport en vogue. Le Triathlon Épinal Club (TEC) en récolte-t-il les bénéfices ?

On compte toujours 130 à 140 licenciés, dont une centaine d’adultes. La moitié fait de la compétition et l’autre fait ça en loisirs (triathlon, duathlon, run & bike). On a un noyau dur depuis des années, un bon socle d’anciens et pas mal de nouveaux. Les jeunes essayent et continuent, ou pas. Le triathlon reste un sport assez onéreux. Il y a 10 ou 15 ans c’était un sport mineur, aujourd’hui les gens n’hésitent plus, ça correspond à notre société qui ose et aime se lancer des défis.

 

PROGRAMME

8 h 30 : départ XS (300 m de natation, 8 km de vélo et 2,5 km de course à pied)

9 h 30 : départ 8/11 ans

10 h 30 : départ S (750 m/20 km/5 km)

12 h 30 : départ Swim & Run base Naudin

14 h 30 : départ M (1500 m / 42 km / 10 km)

INFOS PRATIQUES

Dimanche 10 juin

Triathlon d’Épinal

Lac de Bouzey

triathlon-epinal.fr