Noé Liger, traileur, administrateur de la page Facebook « Trail in Lorraine » (6 400 abonnés) et du groupe « Les Vosg’Runners » (1 130 membres), nous livrera désormais régulièrement un point de vue original sur sa discipline de prédilection. Il s’est intéressé cette semaine à l’une des courses de l’Infernal Trail des Vosges.

« Courir pour soi. Courir pour les autres. Deux antagonismes ? Peut-être pas… Derrière une démarche qui parait de prime abord fondamentalement égoïste, il semblerait que se cache un profond sentiment humaniste chez les pratiquants de courses nature.

On parle d’ailleurs régulièrement de « l’esprit Trail ». Si certains, nombreux, pensent que ça n’existe pas, d’autres en sont au contraire profondément convaincus. Ainsi, il est fréquent de voir des actes de solidarité au sein des courses : s’arrêter pour voir un concurrent en difficulté, en laisser un autre terminer devant vous juste car il le méritait, accompagner des personnes à mobilité réduite, reverser une partie des inscriptions à une association…

8 520 euros reversés en 2017 à l’association « Un enfant, un rêve »

Tout cela, nous le retrouvons lors de l’Infernal Trail des Vosges. Chaque année, l’épreuve de 12 km, intitulée l’Infernal 100%, voit l’ensemble de ses inscriptions reversé à une association. En 2017, 8 520 euros ont ainsi pu être donné à l’association « Un enfant, un rêve », dont l’objectif est de réaliser les rêves d’enfants atteints de cancer et maladies assimilées, dont tous les concurrents arboraient un tee shirt dédié pour l’occasion.

Cette année, c’est l’APSEM : Association pour la Promotion du Sport chez l’Enfant Malade, qui en sera le bénéficiaire. Alors ? Courir pour soi ? Courir pour les autres ? En tout cas, pas courir contre les autres. C’est l’adversité qui divise les hommes. Manifestement, la quête de soi, que chacun cherche en s’inscrivant sur ce type de courses, nous en rapprochent. »