Chaque année, ils sont entre 600 et 700 bénévoles pour faire le succès de l'Infernal.
© Infernal Trail

Murielle Bourbao – Toujours à 200 %

En juin dernier, elle fut la première femme à tenter et à réaliser la Grande Traversée des Vosges entre Abreschwiller et Belfort (210 km). Un défi associé au lancement de l’association « Ultra-Féminine », dont l’objectif est de promouvoir la participation des femmes en ultra endurance. « Sur les très longues distances, elles représentent moins de 10 % des partants. Pourtant, les femmes ont des atouts, en endurance, en réserve graisseuse, en résistance à la douleur », assure-t-elle. Installée dans les Vosges depuis 2005, la traileuse de 46 ans est une adepte des aventures au long cours. Habituée de l’Infernal Trail et de ses podiums, elle sera l’une des favorites du 200 km dont elle a déjà remporté la catégorie féminine en 2017 pour deux secondes places (2016 et 2018).

Mélie Antoine – Membre de la « famille » Infernal

Sans ses nombreux et fidèles bénévoles, l’Infernal ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui. Mélie Antoine, 24 ans, fait partie des quelque 650 petites mains qui vont s’employer à faire de l’événement une belle fête, en toute sécurité. Elle va vivre pour la 2e année consécutive l’Infernal de l’intérieur. « Dans l’équipe, on a des gens de tous horizons, c’est une grande famille et il y a une super ambiance.  On se sent utile et on a une vraie reconnaissance de la part du Bureau, c’est gratifiant ». Sa mission sera double sur le week-end : assurer l’accueil au Point Info et accompagner les participants au « Run » sur le dernier obstacle, le Saut de l’Ange. « Ils sont à 8 mètres de haut, on n’a pas trop le droit à l’erreur », conclut-elle.

 

Geoffrey Alarcos – En route vers l’Infernal 120

« C’est l’événement phare de la région, l’ambiance est sympa, familiale et l’organisation est au top ». Geoffrey Alarcos ne tarit pas d’éloge sur l’Infernal dont il a fait son objectif principal cette saison. Après avoir fait le 30 puis le 60 km, le traileur de 29 ans hausse le niveau d’exigence en s’attaquant à l’Infernal 120. « Je me sens plutôt serein, explique celui qui portera le dossard 799. Mon objectif est de terminer en 26-27 heures ». Pour parvenir à finir la course, le Haut-Marnais d’origine s’est astreint à de longues séances d’entraînement toute l’année, à raison de 140 à 160 km par mois. « La difficulté ça va être la fatigue, reconnait-il. J’essayerai de faire des micro-siestes quand je pourrai ».

Infernal Trail des Vosges 2019

Du vendredi 13 au dimanche 15 septembre

Stade des Perrey, Saint-Nabord

Infos et programme : infernaltrail.com