Les 200 inscrits sur l'épreuve de 200 km s'élance ce vendredi à minuit.
© Infernal Trail

204 km et 10 000 m de dénivelé positif en autosuffisance : c’est le défi hors-norme que propose l’épreuve phare de l’Infernal Trail des Vosges. Un format inédit en France qui emmène les participants dans une exigeante succession de montées et descentes à travers les Vosges et le Haut-Rhin. Plongée au cœur de ce monument né en 2016 avec Noé Liger, membre du bureau de l’Infernal et administrateur de la page « Trail in Lorraine ».

L’Infernal 200 démarre fort, très fort. A peine élancés, les aventuriers de l’extrême doivent escalader deux côtes pour arriver au Saint-Mont et sa célèbre abbaye. Après la descente vers Le Syndicat, ils remontent vers la chaume de Chevreroche. Direction ensuite, après un passage par la cascade de la Pissoire, le Haut du Tôt, plus haute paroisse des Vosges.

Le parcours à travers la vallée du Menaurupt est un répit de courte durée avant l’ascension vers l’illustre Roche des Ducs surplombant la vallée du Bouchot. Les concurrents rejoignent ensuite celle de la Moselotte via le col de Menufosse, passant à quelques encablures de la chaume de la Piquante Pierre.

Après avoir atteint Cornimont, ils cheminent vers l’Est du Massif pour atteindre l’Ermitage et sa chapelle où l’ermite Frère Joseph Formet avait élu domicile au 18e siècle. Une traversée du Massif du Grand Ventron plus tard, voici les coureurs arrivés à Oderen, dans le département du Haut-Rhin.

Ils s’attaquent dans la foulée au Jungfrauenkopf, niché à 1 268 mètres d’altitude, et atteignent la célèbre station du Markstein, haut lieu de cueillette d’une plante bien connue des coureurs : l’arnica. Un passage par le Lac de la Lauch et c’est le Grand Ballon, sommet du Massif, qui pointe à l’horizon.

Haut du Tôt, Ermitage Frère Joseph, Rouge-Gazon…

La mi-course tout juste passée, ils entrent dans la vallée de Saint-Amarin et rejoignent la chaume de Rouge Gazon. Après une respiration près d’Urbès, au fond d’un vallon encaissé, il faut repartir à l’assaut du Drumont qui offre à son sommet un panorama exceptionnel. Une redescente via Bussang, au pied de la source de la Moselle, et les coureurs sont de retour à l’Ermitage.

Quelque 60 kilomètres attendent encore les intrépides qui auront tenu jusque là, qu’ils débutent en attaquant la terrible piste noire de la station. Hauts de Rouge Gazon, Tête des Champs, les successions de montées et de descentes s’enchaînent jusqu’à la base de vie des Tronches. Direction enfin les forêts du Girmont Val d’Ajol avant de rejoindre l’arrivée. Les premiers sont attendus samedi dans la matinée après une trentaine d’heures d’efforts. Et tous les finishers sont accueillis en héros.

Infernal 200

Vendredi 13 septembre, départ à minuit

Stade des Perrey, Saint-Nabord

204 km, 10 000 m de dénivelé positif

Premières arrivées samedi matin

250 participants

http://linfernaltrail.com