Julien Absalon a remporté la 1ère édition à Villd-de-Lans en 2018
© Jean-Luc Armand
- Publicité -web-nx-docks-mini

Quoi de mieux qu’un double champion olympique et quintuple champion du monde pour promouvoir le territoire et la pratique du vélo à assistance électrique ? Ambassadeur du Département des Vosges et de Moustache Bikes, vainqueur de la première édition en 2018, Julien Absalon est la figure de proue des championnats de France de VTTAE organisés à Épinal. Entretien.

Julien Absalon, vous avez remporté la 1ère édition des championnats de France de VTTAE en 2018. Défendre votre titre chez vous, dans les Vosges, c’est le rêve, non ?

Julien Absalon – Oui, c’est top. Je suis impatient d’y être. C’est très important pour moi de défendre mon titre sur mes terres. Ça va être une belle fête autour du VAE avec des stands et des animations. En tant qu’ambassadeur de Moustache Bikes et du département, je suis naturellement impliqué dans cet événement qui est né grâce au club des partenaires de mon Team. Je suis fier du soutien de ces partenaires locaux. On va profiter de l’occasion pour faire une sortie avec eux le mercredi.

Ce rendez-vous est l’occasion idéale de promouvoir la pratique du vélo à assistance électrique, tant pour le loisir que pour la compétition…

J. A. – Oui, l’idée est de créer l’événement et de proposer une compétition quasiment au centre-ville. On espère pouvoir attirer les passionnés du VTTAE mais pas seulement. Le vélo à assistance électrique permet à Monsieur et Madame tout le monde de se mettre ou de redécouvrir le VTT. En ce qui concerne la compétition, le format est assez élitiste et nécessite un bagage technique important. C’est ce qui explique notamment que le nombre de participants est pour le moment relativement faible.

Vous êtes désormais Team-Manager à temps plein avec Absolute Absalon. Dans quelles dispositions allez-vous aborder la course ?

J. A. – Physiquement je risque d’être un peu juste car je n’ai pas eu le temps de m’entraîner cet hiver avec le montage de l’équipe et en plus on va arriver à la période des pollens qui ne me réussit pas. J’ai arrêté ma carrière de sportif de haut niveau en VTT cross-country mais je compte continuer à m’aligner sur ce genre de compétition. Pour moi l’e-bike c’est avant tout du plaisir.

« L’e-bike, c’est avant tout du plaisir »

Vous avez effectué un repérage sur le site du Vallon Saint-Antoine. Quelles seront les principales caractéristiques du parcours ?

J. A. – Le parcours est un peu différent de celui de la première édition à Villard-de-Lans. Ce sera moins cassant, très technique avec beaucoup de virages et de relances, des sections techniques, des montées et descentes raides. C’est un parcours dans la forêt, en dehors des sentiers battus.

La compétition e-bike n’en est qu’à ses balbutiements. A-t-elle vocation à se développer dans les prochaines années ?

J. A. – On se cherche encore un peu. Les instances mettent en place des choses et il faut adapter les vélos aux règlements. À Épinal il devrait y avoir plus de pilotes au départ que l’an dernier. Avec les premiers championnats du monde organisés en septembre au Canada en point de mire, ça va attirer du monde. Jaroslav Kulhavy et Marco Fontana, 1er et 3e aux JO en 2012, y seront. Le VTTAE rassemble des champions du cross-country et de l’enduro. Chacun fait valoir ses qualités. D’année en année ça va devenir de plus en plus important.

Quel rôle peut avoir le département des Vosges dans le développement du VTTAE ?

J. A. – Les Vosges ont clairement un rôle à jouer. On a un terrain de jeu très adapté au vélo, au VAE en particulier. Il y a une réflexion menée avec La Bresse-Labellemontagne, un site propice à la pratique. Il y a des choses à mettre en place avec le département aussi. Pourquoi ne pas proposer une offre touristique grâce au VAE ? Je vais m’impliquer pour développer tout ça.