- Publicité -MFXF_mini-468×60

Ce vendredi, la Vosgienne Murielle Bourbao, multiple médaillée de l’Infernal Trail des Vosges 160 et 200 km, s’attaquera à la première tentative féminine de la Grande Traversée des Vosges, initiée par Stéphane Brogniart en 2016.

Au départ d’Abreschwiller ce vendredi 21 juin à 7h, l’ultra-traileuse s’élancera sur les 210 km du tracé pour rejoindre Belfort logiquement en début de soirée le lendemain, samedi 22 juin. Un point de passage est prévu le vendredi soir vers 23h au Refuge du Sotré.

Ce défi est associé au lancement de l’association « Ultra-Féminine » créée par Murielle, et dont l’objectif est de promouvoir la participation des femmes dans la course à pieds nature en ultra endurance. Dans ce cadre, un maximum de coureuses sont attendues sur les différents tronçons, mais pas exclusivement, tout le monde pouvant prendre part à cette cause.

Biographie

Née le 28 mars 1973 à Saint-Raphaël, le Massif de l’Estérel a été son terrain de jeux pendant toute son enfance, bien qu’elle détestait le sport à l’école. Ingénieure en Systèmes Mécaniques, mère de trois enfants, Murielle s’installe dans les Vosges en 2005.

Très investie dans les écoles de ses enfants, elle est également passionnée de treks et de voyages, réalisant notamment plusieurs séjours de plusieurs mois en Australie, au Canada et en Nouvelle-Zélande.

Palmarès

  • Ultra Mountain National Challenge UMNT – 3ème du classement général
  • Infernal Trail 200K – Vainqueur en 2017, 2ème en 2016 et 2018
  • Infernal Trail 160K – 2ème en 2014 et 2015
  • Infernal Trail 72K – 5ème en 2013 et 12ème en 2012
  • Un Tour en Terre de Jura UTTJ 111K – 6ème en 2018 et 2015, 8ème en 2016, 12ème en 2014
  • Ultra Pas du Diable 120K – 7ème en 2016
  • Iron Legs 60K (CAN) – 8ème en 2017
  • Trail de la Vallée des Lacs 55K – 8ème en 2014 et 12ème en 2015
  • La 6666 Occitane 117K – 12ème en 2016
  • Madeire Island Ultra Trail MIUT 115K – 54ème en 2018

 

Le mot de Murielle

« Depuis bientôt huit ans que je cours des trails de toutes les distances, de 20 km à 200 km, il est clair que les femmes sont largement sous-représentées dans ce groupe de sportifs. Sur les très courtes distances, la proportion des femmes est bonne, 40 % ou plus. Mais dès que la distance s’allonge, la proportion de femmes diminue. Le Trail des Brosses est un bon exemple, avec 40% de femmes sur le 14 km, 21% de femmes sur le 22 km et seulement 12% de femmes sur le 35 km.

Sur les très longues distances, les femmes représentent moins de 10% des partants. Pourtant, c’est un sport qui convient bien aux femmes. C’est dur, mais c’est dur tout autant pour les hommes. Les femmes ont des atouts, en endurance, en réserve graisseuse, en résistance à la douleur. Où sont les femmes ? Il y a forcément des raisons qui les tiennent écartées de ces compétitions.

Il n’y a pas d’obstacles réels à la participation des femmes, qui sont légalement autorisées à s’y inscrire et à les courir. Je pense que ces raisons sont davantage des blocages mentaux, et parfois d’organisation, hérités des temps passés. Je crois que voir des exemples de femmes normales pratiquant ce sport pourrait donner aux femmes l’envie de s’y essayer. C’est la raison pour laquelle j’ai créé mon association, Ultra Féminine, et c’est aussi la raison pour laquelle je vais tenter d’établir un record féminin de la Grande Traversée des Vosges sur la trace établie par Stéphane Brogniart, les 21 et 22 juin prochains.

Je veux montrer aux femmes, aux filles, que je peux réussir sans avoir un passé sportif ni de compétences techniques, que ce sport est abordable et qu’il procure de grandes joies. Et j’espère qu’avec mon exemple, des filles, des femmes, choisiront comme moi d’allonger les distances et feront l’expérience d’aller aux delà des limites qu’elles pensaient avoir. »