Le redoux qui touche les Vosges depuis quelques jours, n’a pas empêché le bon déroulement de la 14e édition du Rainkopf Raid.

« Il en faut plus pour arrêter la bande de passionnés de ski de montagne », déclarait l’organisateur du Rainkopf Raid, à l’occasion de la quatorzième édition de sa manifestation.

Et c’est vrai qu’ils étaient nombreux, participants comme bénévoles ou spectateurs, à assister au grand départ de la course originale qui s’élançait à hauteur du Pont de Blanchemer. 32 équipes sur le parcours A de 1 400 m de dénivelé et 6 sur le second plus court de 700 m ont réussi la performance de gravir et redescendre le tracé confectionné par le Club Alpin Français des Hautes-Vosges.

« Nous devions avoir 45 équipes au départ mais les conditions météorologiques ont fait reculer plusieurs participants, regrettait Jean Mercier. Malgré tout, nous constatons une réelle augmentation des participants. Maintenant que la pompe est amorcée nous espérons poursuivre la progression dans le futur.

Peaux de phoque ajustées sous les skis et fixations arrières déverrouillées, le peloton était dominé majoritairement par les skieurs vosgiens pour entamer la grande montée du col. « Nous comptons également quelques équipes venus des alpes et une dizaine de skieurs belges, très expérimentés qui ne sont pas venus pour faire de la figuration ».

C’est le constat qu’ont pu faire les spectateurs à l’arrivée. Malgré la domination des vosgiens Johan Poirot et Florent Toussaint, qui ont réalisé le parcours en un peu plus de deux heures, on notera la seconde place des belges Kurt Piot et Es Tressidier, à moins d’une minute.

La belle histoire vient de la doublette féminine Alexandra Rudatis-Anouk Doore qui bouclent le parcours en 2h39, en étant la seule équipe franco-belge.

Prochain rendez-vous pour les amateurs de courses de ski de montagne, samedi 2 mars, pour le 6e Relais de l’Ermitage.