Le 5 octobre dernier, le SAS de Xavier Collin (à droite) a subi la loi de l’intraitable leader sedanais de Sébastien Tambouret (défaite 1-0).
© Franck Marquis – Ligue Grand-Est de Football

Au tiers du championnat dans son groupe de N2, le SA Épinal pointe en 4e position, à 13 points déjà du leader Sedan. Quelles perspectives peut-il nourrir, à l’aune d’une capacité financière limitée ? La parole à l’entraineur et manager Xavier Collin.

Xavier, quel bilan tirez-vous du début de saison de votre équipe ?

X. C. Je dirais mitigé. Sur le plan comptable, c’est un peu décevant, on pouvait espérer mieux. Après, on est satisfaits de l’état d’esprit du groupe et du contenu des matchs, avec des intentions de jeu. On a rivalisé avec toutes les équipes, y compris Sedan. Le gros point positif c’est l’animation défensive (5 buts encaissés). En revanche, offensivement, on manque d’efficacité (10 buts inscrits).

Le leader compte déjà 13 points d’avance sur vous. La montée est-elle déjà inaccessible ?

X. C. Non mais c’est sûr que le départ de Sedan est exceptionnel. C’est une équipe en pleine confiance et en pleine réussite, qui a tout gagné et n’a toujours pas encaissé de but. Après, rien ne dit qu’ils ne craqueront pas à un moment donné. Pareil pour Bastia, 2e, et Bobigny, 3e, qui sont aussi partis fort. L’objectif est toujours le même pour nous : assurer le maintien le plus vite possible, s’installer en haut de tableau et tenter d’accrocher le Top 3.

Le SAS évolue à ce niveau depuis trois saisons (7e en 2018, 8e en 2019). Est-ce sa juste place ?

X. C. – Aujourd’hui oui, compte-tenu de notre budget limité. On a un bon groupe mais il nous manque 1 ou 2 joueurs expérimentés devant, comme Sedan peut avoir avec Bekhechi et Durbant. On doit être réalistes et essayer de travailler dans la durée. Le N2 nous permet de lancer nos jeunes, qui constitueront l’ossature de l’équipe d’ici 2-3 ans. Si le club continue à se structurer, on peut espérer retrouver le National à moyen terme.

Sur le plan personnel comment voyez-vous votre avenir ?

X. C. Je suis revenu il y a 3 ans et demi car le SAS c’est mon club. On fera le bilan à la fin de la saison. Si on ne termine pas dans le Top 3 il faudra se poser la question de savoir si je suis toujours l’homme de la situation. Il faudra peut-être apporter un autre discours, de la fraîcheur. A un moment, peut-être aussi que j’aurais envie de voir autre chose, surtout si le budget continue d’être à la baisse.

Prochains matchs à domicile :

Samedi 9 novembre, 18 h : SAS Épinal – Sainte-Geneviève

Samedi 30 novembre, 18 h : SAS Épinal – Drancy