Le quidditch se pratique au complexe sportif La Haye-Le Doyen de Golbey.
© Thomas C. Vermeulen

Tout droit sorti de l’imaginaire de la romancière J.K. Rowling, le quidditch cher à Harry Potter gagne du terrain en France et en Lorraine. Les Alérions d’or, répartis sur Golbey, Nancy et Metz, accueillent des pratiquants de plus en plus nombreux dans une ambiance très bon enfant.

Quand certains étudiants américains ont commencé à transposer le quidditch sur les campus pour s’amuser, ils étaient sans doute loin de s’imaginer que ça deviendrait un sport à part entière, avec des championnats nationaux, continentaux et mondiaux. La réalité a dépassé la fiction pour ce jeu inspiré de l’univers d’Harry Potter.

L’officieuse fédération du quidditch français compte plus de 500 licenciés répartis au sein d’une vingtaine d’équipes, dont trois en Lorraine : une à Nancy, une à Metz et une à… Golbey : les Loups d’argent, qui ont accueilli en février la 6e édition de la Coupe de France.

L’entité vosgienne compte 23 licenciés adultes et 8 juniors qui ont entre 8 et 16 ans. En compétition, les trois formations jouent ensemble sous la bannière des Alérions d’or. Vosgiens et Nancéiens s’entraînent et jouent régulièrement ensemble les week-ends, au port d’Epinal.

Autant de femmes que d’hommes sur le terrain

Le quidditch attire de plus en plus de curieux en tentant de s’affranchir autant que possible de l’étiquette Harry Potter et en mettant en avant ses spécificités. « C’est d’abord un sport très ouvert où la mixité est de mise. C’est un sport de contact avec du ceinturage et du plaquage, comme au rugby, exigeant physiquement, mais où l’ambiance est toujours conviviale », affirme le secrétaire de l’association Lorraine Quidditch David Haxaire.

Sur le plan du jeu proprement dit, 2 équipes de 7 joueurs juchés sur des « balais », investis de missions bien particulières, s’affrontent sur des terrains d’environ 50 mètres sur 50 mètres sur lesquels sont disposés 6 anneaux.

L’objectif est de marquer le plus de points à l’aide du « souaffle » ou en capturant le « vif d’or », en évitant les « cognards ». Vous n’avez pas tout compris ? Pas de panique, il paraît que ce n’est pas si sorcier que ça en a l’air. Et le balai est fourni. Avis aux amateurs et aux amatrices.

www.facebook.com/QuidditchLorraine