Christophe Laporte (à gauche) sera au départ du Tour de France samedi, pas Nacer Bouhanni (à droite)
© Team Cofidis

Ce lundi, au lendemain du championnat de France qui a sacré le Meusien Anthony Roux (Groupama-FDJ) à Mantes-la-Jolie, le manager de l’équipe Cofidis, Cédric Vasseur, a dévoilé la composition du groupe retenu pour le Tour de France (du 7 au 29 juillet). C’est une demi-surprise : Nacer Bouhanni, déjà privé de Milan San Remo en mars, n’en fait pas partie. Le champion de France 2012, qui avait encore un petit espoir d’être sélectionné, n’a pu se mêler à la lutte dans une fin de course plus animée que prévu (15e à 50 »).

Cinq fois vainqueur depuis le début de la saison – 1 étape sur les 4 jours de Dunkerque, le Grand Prix Marcel Kint, 2 étapes sur les Boucles de la Mayenne et 1 sur le Tour d’Occitanie (devant Laporte !) – le natif d’Epinal n’a pas réussi à convaincre ses dirigeants. Malgré un net regain de forme ces dernières semaines, il paye son absence de résultat sur les courses majeures (World Tour), les difficultés physiques et le manque de confiance qu’il affichait en début d’année ainsi qu’un climat défavorable en interne depuis quelques temps.

Il était acquis que Christophe Laporte, 17e dimanche, serait au départ de la Grande Boucle samedi à Noirmoutier-en-l’Île. La révélation 2018, qui a prolongé chez Cofidis jusqu’en 2021, sera le sprinteur attitré de l’équipe. « Il nous paraît impossible d’aligner deux grands sprinters comme leaders sur le Tour de France. Dans ces conditions, la direction sportive a décidé de miser sur Christophe Laporte pour le Tour de France alors que Nacer Bouhanni disposera du même statut sur la Vuelta », s’est justifié Cédric Vasseur ce lundi.

Nacer Bouhanni, le maudit du Tour de France

Nacer Bouhanni s’est dit « extrêmement déçu » sur Twitter. « Je suis malheureux et triste. Je ne me sens pas bien. Il va falloir que je coupe tout un petit moment pour me remettre » a-t-il déclaré à nos confrères de cyclismactu. A bientôt 28 ans, c’est un énième rendez-vous manqué pour lui avec la plus prestigieuse course du monde. Vainqueur d’étapes sur le Tour d’Italie et le Tour d’Espagne (2014), il n’a encore jamais levé les bras sur la Grande Boucle. En trois participations, il a dû abandonner prématurément à deux reprises, victime de chutes et/ou maladie (2013 et 2015). L’an dernier, il avait pris le départ dans des conditions loin d’être optimales suite à sa lourde chute au Tour du Yorkshire. Il avait malgré tout signé deux quatrièmes places, à Vittel (4e étape) et à Paris (138e au final).

Les années paires, il n’a jamais pu prendre le départ. Non sélectionné en 2012 et en 2014 par son équipe Fdj au profit d’Arnaud Démare, il avait été contraint de déclarer forfait en 2016 après avoir été impliqué dans une bagarre à la veille du championnat de France. Ce n’est donc pas encore cette année qu’il parviendra à conjurer le sort. Il aura l’occasion de s’illustrer sur le Tour d’Espagne (25 août – 16 septembre). Toujours est-il que son avenir au sein du Team Cofidis s’obscurcit. Sous contrat jusqu’en 2019, le coureur français le mieux payé du peloton pourrait devoir prendre un nouveau virage dans une carrière à relancer.

La composition de l’équipe Cofidis sur le Tour de France : Christophe Laporte (FRA), Dimitri Claeys (BEL), Nicolas Edet (FRA), Jésus Herrada (ESP), Dani Navarro (ESP), Anthony Perez (FRA), Julien Simon (FRA), Anthony Turgis (FRA)