Le Vosgien Julien Pierrat sera aligné sur le GP La Marseillaise avec sa nouvelle équipe Cambodia Cycling Academy.
- Publicité -MIB-NVX-DOCKS2021

A presque 30 ans, le coureur vosgien Julien Pierrat va réaliser son rêve de passer professionnel sous les couleurs d’une équipe cambodgienne. Il étrennera sa nouvelle tenue dès la fin du mois sur le GP La Marseillaise, aux côtés d’une légende : Davide Rebellin, triple vainqueur de la Flèche Wallonne.

Ses débuts sous le maillot de Cambodia Cycling Academy ne devaient intervenir que le 1er juillet prochain. Finalement, le rouleur xertinois du Paris Cycliste Olympique devrait être enregistré dès cette semaine dans les rangs de l’équipe de 3e niveau international (Continental). Cette formation évoluant sous licence cambodgienne mais basée à Alès, créée par son ancien coéquipier Samy Aurignac, lui a proposé une intégration anticipée avec deux prestigieuses épreuves françaises en ligne de mire : le GP La Marseillaise le 31 janvier puis l’Etoile de Bessèges du 3 au 7 février, où il retrouvera son pote Nacer Bouhanni (Arkea-Samsic).

Contre toute attente, il n’aura donc plus 6 mois pour se préparer à faire le grand saut chez les professionnels, mais seulement quelques semaines. « C’est excitant bien sûr, mais aussi un peu stressant car je n’ai pas encore pu augmenter les charges de travail et ça risque de faire un peu mal aux jambes, explique-t-il ce lundi soir quelques heures après avoir appris la bonne nouvelle. Les pros ont environ 4 000 kilomètres dans les jambes à l’heure actuelle alors que moi j’en ai à peine 2 000 ».

Il faut dire que Julien Pierrat est bien occupé avec son emploi d’assistant d’éducation au sein du collège de Xertigny. Il ne peut courir que tôt le matin et tard le soir hors périodes de vacances scolaires. « C’est comme ça, il me reste 4 semaines pour bien m’entraîner, je vais augmenter les doses petit à petit. Je grimpe de plusieurs niveaux donc ça roule beaucoup plus fort et ce n’est plus le même vélo, on verra comment ça se passe », lance-t-il humblement.

Evoluant sous les couleurs du Paris Olympique (DN2 amateur) depuis 2018, Julien Pierrat ne croyait plus à l’opportunité de passer professionnel. Pourtant, le Père Noël est passé un peu avant l’heure le mois dernier. « C’est fou ce qui m’arrive, c’est un rêve qui se réalise, s’enthousiasme-t-il. Je vais prendre tout ce qu’il y a à prendre et donner le meilleur en espérant que mon contrat sera prolongé au-delà de cette année ».

Pour ne léser personne dans l’affaire, Julien Pierrat continuera de porter le maillot parisien sur certaines courses chez les amateurs. A partir du 1er juillet, il rejoindra définitivement l’équipe cambodgienne, avec le statut de professionnel mais sans être salarié.

Au sein de cette formation cosmopolite, composée notamment d’Américains, Russes et de Cambodgiens, le coureur vosgien, vainqueur de la classique Paris-Conneré en 2016, aura comme coéquipiers un autre Français, Johan Le Bon (ex-FDJ, B&B Hôtels) et un certain Davide Rebellin. Julien Pierrat se souvient d’avoir croisé l’Italien alors qu’il avait à peine 20 ans, à Differdange. « On s’était retrouvé dans le même hôtel, c’était une star, ça m’avait fait tout drôle ».

Une dizaine d’années plus tard, il se retrouve au sein de la même équipe que celui qui avait réalisé, en 2004, un magnifique triplé sur les Ardennaises (Flèche Wallonne, Liège-Bastogne-Liège et Amstel Gold Race). « Il a 49 ans mais c’est un coureur très respecté, amoureux du vélo et il a beaucoup de choses à m’apporter ».

Durant le second semestre, il aura l’occasion de courir aux 4 coins du monde : des courses en Asie, le Tour de Colombie, le Tour de Hongrie et le Tour de Guadeloupe devraient figurer à son programme.