Maxime Laheurte participera à ses 4es Jeux Olympiques à Pyeongchang en février

Ils étaient 4 à Sotchi en 2014, ils pourraient être autant voire plus en Corée du sud à l’occasion des XXIIIes Jeux Olympiques d’hiver, du 9 au 25 février 2018. Présentation de ces skieurs, biathlètes, sauteurs et combinés vosgiens qui espèrent être du voyage. Le coup d’envoi de la saison internationale est imminent.

 

MAXIME LAHEURTE : PUISSANCE 4 !

Trois questions au doyen des Vosgiens (32 ans)

Une nouvelle saison s’ouvre le 24 novembre à Ruka (Finlande) avec la première échéance en Coupe du Monde. Dans quel état d’esprit êtes-vous ?

Je suis impatient. Les voyants sont au vert. Il y a beaucoup de satisfaction depuis juillet, la préparation s’est très bien passée. Je me sens bien, les dernières semaines sont très encourageantes et j’ai une marge de progression.

A 32 ans, vous n’avez peut-être jamais été aussi fort…

Je n’ai jamais atteint ce niveau. En saut c’est indéniable. J’ai vécu un vrai calvaire la saison dernière. L’objectif est de retrouver du plaisir en compétition. Je crois avoir pouvoir avancer et performer. Je connais les pièges à éviter, j’ai beaucoup travaillé au niveau mental. C’est très dur de titiller les meilleurs mondiaux mais je peux rivaliser sur certaines courses, être le meilleur sur une journée.

C’est quasiment acquis, vous allez participer à vos 4es Jeux Olympiques. Quels seront vos objectifs ?

C’est incroyable, c’est fou. La carrière passe tellement vite. J’ai l’impression qu’on était à Sotchi hier. A Pyeongchang, on visera une médaille sur le relais. On est passé près la dernière fois (4e en 2014), on a l’équipe pour le faire. Il y a encore du travail, on manque de repères. Il faudra être bon avant février.

 

LES AUTRS VOSGIENS QUI VISENT LES JO :

Antoine Gérard – Combiné nordique

Le Véternat, âgé de 22 ans, devrait aussi être de la fête en combiné nordique. Membre de l’équipe de France A, auteur de bonnes performances en Coupe du Monde l’hiver dernier (1 Top 10, 3 Top 15), Antoine Gérard, très à l’aise en compétition et imperméable à la pression, pourrait connaître ses premiers Jeux Olympiques, aux côtés de ses aînés Laheurte, Lamy-Chappuis et Braud.

Julia Clair – Saut à ski féminin

Présente à Sotchi en 2014 (19e place), Julia Clair va devoir (re)faire ses preuves pour être du voyage en Corée du sud. Victime d’une grave chute en aout 2016 à l’entraînement, la Xonrupéenne revient après une saison blanche. A 23 ans, elle est revancharde et compte bien retrouver le niveau qui l’avait mené sur un podium mondial en 2014.

Adrien Backscheider – Ski de fond

Après deux dernières saisons globalement difficiles, le fondeur gérômois de 25 ans devra se faire violence pour revenir au premier plan et participer à ses deuxièmes Jeux après ceux de Sotchi. Médaillé de bronze mondial en relais en 2015, c’est une « pépite » dixit Maxime Laheurte. Tout dépendra de son début de saison.

 

Fabien Claude – Biathlon

Le cadet de la fratrie Claude a une vraie chance de faire partie de l’équipe de France de biathlon à Pyeongchang. Apparu plusieurs fois en Coupe du Monde l’hiver dernier, en tant que 6e homme, il espère, à 23 ans, obtenir l’un des 5 tickets réservés aux Bleus pour la Corée. Si c’est le cas, une médaille en relais est envisageable. Il est engagé sur les épreuves d’IBU Cup ce week-end du 25 novembre.

Clément Noël – Ski alpin (slalom)

Il est parti à la faute et a dû abandonner en ouverture de la Coupe du Monde à Levi (FIN) mais il aura l’occasion de se refaire. Le jeune Véternat (20 ans), sacré champion de France de slalom en mars dernier, a un petit espoir d’être du voyage en Asie, malgré une rude concurrence. Si ce n’est pas pour cette fois, ce sera à coup sûr pour 2022.

Et aussi

En ski de fond, la Bressaude Delphine Claudel, 21 ans, pourrait être l’une des bonnes surprises côté vosgien. Même chose pour le Véternat de 20 ans Paul Brasme en saut spécial. Lui, on ne le présente plus. Le snowboardeur déodatien Sylvain Dufour, double vice-champion du monde en 2009, court toujours après une médaille olympique et il reste compétitif à 35 ans.

Il y a enfin ceux qui concourront sous d’autres drapeaux. Le biathlète bassurois Florent Claude, 26 ans, a obtenu la naturalisation et représentera la Belgique pour ses premiers JO. La slalomeuse de l’US Ventron Elise Pellegrin connaîtra elle une deuxième expérience olympique sous les couleurs de Malte, après Sotchi.