Le poète vosgien nous dévoile ce qu’il aime faire à la fin de la semaine, lorsque l’heure du week-end a sonné… !

Richard, qu’aimez-vous faire le week-end ?

Quand le temps le permet, je pars me promener dans les Hautes Vosges, la Vôge ou la Plaine. J’ai des lieux de prédilection comme le lac de Longemer. En automne, quand les forêts s’embrasent sous le soleil, le spectacle est magnifique. J’affectionne aussi le défilé de Straiture dans la Haute-Meurthe, c’est un endroit un peu sauvage et très encaissé.

Que lisez-vous le week-end ?

Je lis de la poésie et des romans, en ce moment La geste des Jaretés d’Antoine Audouard, un livre critique sur le milieu éditorial, d’un humour extraordinaire.

Êtes-vous plutôt grasse matinée ou levé aux aurores ?

Je préfère la grasse matinée, c’est embêtant car cela m’oblige ensuite à me dépêcher pour ne pas être en retard. Je n’arrive pas à faire mienne la morale de La Fontaine :  » Rien ne sert de courir, il faut partir à point « .

Quel événement aimeriez-vous aller voir et pourquoi ?

Le cinéma, le jazz m’intéressent, mais c’est Le Tartuffe de Molière dans la mise en scène de Jean de Pange, à la Rotonde, que j’aimerais aller voir. Cela m’intéresse toujours de voir comment les metteurs en scène actuels adaptent les grands classiques à notre époque.

Richard Rognet rencontre ses lecteurs à la BMI d’Épinal (48 rue Saint-Michel) le samedi 18 octobre de 15 h à 16 h. Il vient de publier Dans les méandres des saisons, aux éditions Gallimard.