La Sextape de Darwin à déguster aux Larmes du Rire 2020.

Quelques mois après ce confinement qui nous a empêché de vivre normalement et de participer aux événements culturels traditionnels qui égayent notre printemps, le temps est venu de se retrouver autour de l’humour, tout en respectant les règles sanitaires imposées. Le Festival Les Larmes du rire d’Épinal aura bien lieu et il devrait offrir une vraie bouffée d’oxygène à tous les spectateurs.

Éric Bouvron accroupi en bout de scène, saluant d’un geste de la tête, d’une poignée de main ou parfois d’une accolade les spectateurs en train de quitter le cabaret Chic & Déjanté qu’il a présenté, le spectacle qui ouvre chaque année le Festival Les Larmes du rire (LdR). Voici une vision que les spectateurs des dernières éditions ont déjà aperçue et que beaucoup craignaient de ne pas revoir cette année, en cause, cette crise sanitaire, qui nous touche depuis mars dernier.

Et pourtant, c’était sans compter sur la pugnacité et l’envie de retrouver une « vie normale » de la directrice du festival, Isabelle Sartori, qui veut plus que jamais offrir « une parenthèse décalée, burlesque, absurde, à notre quotidien qui est de moins en moins drôle. Le rire est fait pour être partagé. On peut rire sans tomber le masque et on va le prouver ! »

Durant 11 jours, du 2 au 13 octobre, le Festival d’humour spinalien propose une programmation riche, dans la diversité des formes proposées et un humour toujours plus décalé et conjugué dans sa forme burlesque, absurde et improbable. A commencer par le Cabaret Chic et Déjanté, vendredi 2 octobre, dont l’artiste Éric Bouvron assurera bel et bien la direction artistique, comme il en en a le talent. Un plateau de choix qui proposera, durant près de deux heures, une succession d’artistes aussi drôles qu’émouvants tels que l’humoriste et chanteuse Trinidad et « son sens aigu de la satire ».

Julien Cottereau lui succédera dans son univers de clown-mime-bruiteur, avant le passage d’Okidok, ce binôme d’acrobates qui propose « un spectacle sans parole, avec beaucoup d’humour ». Enfin, Alice Noureux dévoilera ses talents d’accordéoniste, de chanteuse et de clown irrésistible.

Le lendemain, soirée exceptionnelle avec un double plateau entre le drôlissime magicien déjanté et raté Raymond Raymondson, qui lancera la soirée avant le seul en scène de Fred Tousch. Connu à Épinal puisqu’il a déjà transporté les spectateurs dans son univers particulier, à l’occasion de Rues et Cies et des Larmes du Rire…

Fred Tousch que l’on retrouvera d’ailleurs dimanche 4 octobre, en compagnie d’Arnaud Aymard et Laurent Petit pour un Cabaret Philosophique où s’orchestrera une conférence-débat sur des sujets sérieux comme la surpopulation, l’ennui, ou encore le réchauffement de la planète. Éclats de rire garantis !

Après une journée de pause, ce sont les Frères Colle qui mettront en valeur l’art du visuel musical, mardi 6. La journée du mercredi 7 verra l’arrivée de l’OVNI de cette édition des LdR avec Denise Jardinière. Une gouvernante étrange aux rituels surprenants. Mais chut, ce spectacle est un mystère total et les quelque 10 000 spectateurs gardent précieusement le secret de ce qu’il se passe chez Denise.

Le festival des Larmes du rire sans conférence scientifique ne serait pas les Larmes du rire. Et, cette année, la conférence mi-scientifique, mi-parodique sera gratinée puisqu’elle traitera de l’évolution des espèces avec La Sextape de Darwin. « Des décors et des costumes incroyables. Une scénographie magique avec une chanteuse lyrique, une comédienne et deux danseurs. Et une écriture à la fois instructive et hilarante », savoure à l’avance Isabelle Sartori.

Le vendredi 9 proposera une Garden Party avec la Compagnie n°8, qui est déjà venue à Rues et Cies, avec un show aristo-punk où s’épanouissent la folie, l’absurde et la bêtise. Un spectacle à la Monty Python. Une nouvelle soirée « double plateau » ouvrira le week-end puisque dès 20 h, samedi 10 octobre, c’est Greg & Natacha qui proposent un savoureux moment théâtral et de jonglage burlesque. Suivra un duo musical de haut vol avec Vincent Roca & Wally : 150 kg à eux deux.

Comme chaque journée dominicale, c’est à 11 h que les spectateurs ont rendez-vous pour découvrir l’univers de Charlène Ploner. Une vosgienne d’adoption qui offre un véritable concert clownesque désopilant. Et pour lancer la dernière semaine de festival, ce sont les bien connus Zic Zazou qui proposeront leur spectacle musical « Ze end ».

Un show qui augurera une fin de festival en grande pompe, mardi 13 octobre, avec une ultime soirée « double plateau » en présence de Bernard Azimuth, pour un seul en scène avec rires garantis. Enfin, le dernier spectacle de la saison proposera un show acrobatique en présence des Black Blues Brothers. De quoi en prendre plein les mirettes.

Notons que mercredi 7, jeudi 8 et vendredi 9 octobre, l’Espace Accueil du festival se muera en Brocante de chanson avec La Camelote extraordinaire des Frangins Lindecker. A déguster en friandise, avant et après le spectacle du soir !

Festival Les Larmes du rire

Du 2 au 13 octobre

Centre des Congrès, Épinal

Tarifs : 5 à 16 euros

4 spectacles : 52 euros

8 spectacles : 80 euros

11 spectacles : 108 euros

Infos : 03 29 68 50 23

www.leslarmesdurire.fr

Patrick Nardin : « Un vrai besoin de se changer les idées »

Fraichement élu Maire d’Épinal, Patrick Nardin va vivre sa première édition des Larmes du Rire dans ses nouvelles fonctions.

Monsieur le Maire, le Festival Les Larmes du rire ouvre ses portes le 2 octobre prochain, avec une programmation éclectique. Quelle est l’importance du festival pour la ville d’Épinal ?

Patrick Nardin – Ce festival est unique dans la région, il propose une programmation riche et diversifiée qui touche des publics très différents, et des publics souvent éloignés des salles traditionnelles. Il marque une étape importante dans le début de la saison culturelle spinalienne et depuis 36 ans, est suivi par un public fidèle et curieux. La Ville d’Epinal est très attachée à ce Festival qui ne ressemble à aucun autre.

Après le confinement que nous avons vécu au printemps dernier, de nombreux événements ont été annulés, comme Rues et Cies. Avez-vous craint que l’année 2020 soit blanche et qu’aucun événement ne puisse être organisé ? 

P. N. – Ce fut un déchirement de devoir annuler Rues et Cies qui est aussi un Festival phare de la ville et très attendu par un public venant de toute la France et des pays limitrophes. Nous n’avions pas le choix car il était interdit d’organiser des rassemblements de plus de 5 000 personnes. Avec les contraintes sanitaires mises en place, j’ai tout fait, en étant d’une grande vigilance sur les conditions sanitaires, pour pouvoir offrir ce Festival. Tout a été mis en œuvre pour que le public puisse profiter de ces moments plus que jamais nécessaires, en toute quiétude.

Quelles sont les mesures que vous avez prises, avec la préfecture, pour garantir le respect des normes sanitaires ?

P. N. – Le port du masque sera obligatoire. Du gel hydroalcoolique sera disponible sur le site à différents endroits : accueil, bar, avant l’accès à la tribune. Le respect de la distanciation physique, non-obligatoire actuellement, sera tout de même appliquée en prévention. Enfin, chaque jour, l’espace de spectacle sera rigoureusement désinfecté.

Personnellement, êtes-vous un inconditionnel des Larmes du rire ?

P. N. – Oui, j’aime l’ambiance de ce festival, sa convivialité et la programmation qui nous permet de découvrir des spectacles de grande qualité, auxquels on ne s’attend pas toujours. J’aime être surpris. Le spectacle de Fellag fait partie de mes très bons souvenirs. J’ai beaucoup apprécié également la Framboise Frivole, le Cirque des Hollandais, Les Ashtons Brothers… Des spectacles différents, attachants et bien représentatifs du Festival…

Programme des Larmes du rire 2020

  • Vendredi 2 octobre – 20 h 30 : Cabaret d’ouverture Chic et Déjanté
  • Samedi 3 octobre (soirée double plateau) – À partir de 20 h : Raymond Raymondson / Fred Tousch
  • Dimanche 4 octobre – 11 h : La Cabaret philosophique avec Arnaud Aymard, Laurent Petit et Fred Tousch
  • Mardi 6 octobre – 20 h 30 : Les frères Colle
  • Mercredi 7 octobre – 20 h 30 : Denise Jardinière
  • Jeudi 8 octobre – 20 h 30 : La sextape de Darwin
  • Vendredi 9 octobre – 20 h 30 : Compagnie N°8 – Garden party
  • Samedi 10 octobre (soirée double plateau) – À partir de 20 h : Greg & Natacha / Vincent Roca & Wally
  • Dimanche 11 octobre – 11 h : Charlène Ploner
  • Lundi 12 octobre – 20 h 30 : Zic Zazou
  • Mardi 13 octobre (soirée double plateau) – 20 h : Bernard Azimuth / The Black Blues Brothers

 

Confection de vêtements et de déco LdR

Comme chaque année, les résidents des établissements Bon Repos, Chapitre, Sans Soucis et de la maison de retraite Les Magnolias ont confectionné des sous-vêtements en laine aux couleurs chatoyantes des Larmes du Rire : bleue, jaune et rouge. Des confections réalisées à l’occasion d’ateliers couture, mis en place par le CCAS de la ville d’Épinal.

« Une touche de rire qui prouve leur implication, leur créativité et leur grand sens de l’humour », souligne Isabelle Sartori. Les résidents de l’Ehpad Les Bruyères d’Épinal ont également confectionné des nappes aux couleurs du festival. Enfin, l’Association Le Renouveau a créé des meubles en carton, pour décorer le salon LDR, véritable emblème du festival.