Les Tondues des Arts Oseurs, un spectacle "d'une incroyable intelligence, qui envoie du lourd et ne laissera personne indifférent"
© JP Estournet

Pour sa 36e édition, le festival Rues et Cies va une nouvelle fois enflammer les rues d’Épinal de vendredi à dimanche grâce à une programmation artistique délirante et toujours de grande qualité. On rit, on pleure, on ouvre grand les yeux et on retrouve son âme d’enfant.

Ce sont trois jours de folie. Trois jours où le cœur de la ville bat, comme le nôtre au rythme des spectacles. Trois jours où l’on ne sait où donner de la tête et où l’on regrette de ne pas avoir le don d’ubiquité, des patins à roulettes, un skateboard et une trottinette pour ne pas en manquer une miette. Les spectacles se déroulent aux quatre coins de la ville. Ils sont très prisés par les familles toutes générations confondues car, malgré le succès croissant, Rues et Cies a su garder au fil des années sa dimension humaine et fait également le bonheur de spectateurs avertis ayant une pratique régulière des arts de rue et une grande exigence.

Entièrement gratuit, ce festival propose en effet ce qui existe de mieux en matière de création et d’originalité. Par sa grande diversité, il répond à toutes les sensibilités et touche tous les publics : les spectacles sont drôles, poétiques, émouvants,
étonnants et marquent les esprits pour longtemps. Théâtre burlesque, participatif, déambulatoire, interactif, clowns, mimes, cirque, musique, guinguette mobile, danse, contes, flash mobs, spectacles fixes, sous chapiteau…

Les compagnies « in » sont soigneusement sélectionnées après avoir été vues sur scènes et jugées sur la forme, l’écriture, le niveau musical et le talent des comédiens. Tandis que les compagnies « off » ont sollicité le festival pour présenter leurs créations à titre gracieux et se faire connaître. Preuve s’il en fallait de la notoriété et du rayonnement international du festival ! Les troupes proviennent d’un peu partout en France, mais aussi de
Suisse, des Pays-Bas, d’Angleterre, du Canada, d’Allemagne. Ce festival qui est un des plus anciens de France a commencé en 1984 sous le nom de « Festival de Colportage ». Vu son succès, il n’est pas prêt de s’arrêter !

Que nous réserve la cuvée 2019 du Festival Rues et Cies ?

Si l’on vous dit qu’il y aura 17 compagnies en « in », 24 en « off » et qu’ils offriront 42 spectacles et 149 représentations, ça vous donne envie de venir ? Et encore, vous ne savez pas tout !

Isabelle Sartori, la directrice passionnée de ce festival, nous dévoile quelques-unes des nouveautés et quelques-uns de ses coups de cœur. Dimanche à midi, à l’Espace Cours, l’association Farest, qui réunit artistes, compagnies et collectifs du Grand Est et de Bourgogne Franche-Comté et qui a pour objectif de de donner une meilleure visibilité aux arts de rue, prendra le pouls des spectateurs et leur donnera la parole à l’issue du spectacle les Tondues des Arts Oseurs (également donné le samedi après-midi 17 h 45). Un spectacle « d’une incroyable intelligence, qui envoie du lourd et qui ne laissera pas indifférent », sur les femmes tondues à la libération. Autre coup de cœur d’Isabelle Sartori : Joblard, le roman comique d’une vie ratée du Théâtre d’art et déchet. Le comédien Jean-Marc Royon, « conteur magnifique » propose de retracer l’histoire de sa vie. Un
exercice de style mais aussi « un régal à 300 % ».

N’oublions pas Arthur Ribo et la Compagnie art & co. « Un slam poétique avec un poète conteur improvisateur qui triture les mots ». Accompagné par un musicien multi-instrumentiste, il invite le public à participer activement. La compagnie Puéril Péril propose Bankal, un duo circassien sur tabourets de haut vol qui ravira petits et grands. Bruital Compagnie dans Wanted, western moderne, fait un mime bruité à deux, « hyper drôle et scotchant ». Lance-moi en l’air chorégraphie un duo de main dans le jardin du Musée Départemental par les Compagnies L’Eolienne & Joli Vyann.

Si la plupart des spectacles sont tous publics et s’adressent aussi aux enfants, il est cependant il est utile de se renseigner pour certains. La directrice du festival, très enthousiaste, explique qu’on n’est pas là « seulement pour se bidonner ». Rues et Cies propose des genres de spectacles de rues très diversifiés. On réfléchit, on est bousculé, titillé et on garde des souvenirs qui ne sont pas prêts de s’effacer. On n’en sort pas indemne et c’est tant mieux !

Télécharger le programme

Infos pratiques :

Vendredi 14 à partir de 18 h 15 à 1 h
Samedi 15 de 11 h à 00 h 35
Dimanche 16 juin de 10 h à 21 h 45

Lieux de spectacle : Champ de Mars, à l’école du Centre, cour intérieure n° 6 rue Aristide Briand, à la faculté de droit, à l’esplanade du Musée Départemental et dans le jardin, parc du Cours, parking Crousse, place des 4 Nations, place de la Chipotte, place des Vosges, rue des Minimes, Tour chinoise, rue du Chapitre, rue du Doyenné, place Edmond Henry et place Georgin

Gratuit

Site officiel

Page Facebook