Des souvenirs rassemblés dans le documentaire La Grand-Messe
© La Grand Messe

Tous les ans, au mois de juillet, le Tour de France, la plus grande course cycliste au monde, passionne des milliers de spectateurs sur le bord des routes. Des souvenirs de jeunesse qu’Emmanuel Georges, le producteur et directeur spinalien de la société Supermouche, n’a pas oubliés. Il a donc décidé de soutenir ce projet de reportage franco-belge, tourné en immersion dans le Col de l’Izoard. La Grand-Messe est à découvrir en avant-première ce mardi soir aux Cinés Palace d’Épinal.

Col de l’Izoard – 20 juillet 2017. La chaleur est étouffante. Les températures avoisinent les 30°C et l’asphalte commence à fondre dans les virages. Des milliers de spectateurs sont déjà massés sur le bord de la route pour attendre la fameuse caravane publicitaire du Tour de France, qui précède l’arrivée tant attendue du peloton.

C’est la 35e fois de son histoire que la Grande Boucle gravit ce col mythique et, comme à chaque passage du Tour de France dans un col hors-catégorie, une troupe de fidèles supporters débarque avec leur camping-car, quelques jours avant la grand-messe, pour s’assurer du meilleur spot.

Une situation qu’a bien connue le directeur de Supermouche Productions, Emmanuel Georges, co-producteur du nouveau documentaire des réalisateurs franco-belges Méryl Fortunat-Rossi et Valéry Rosier, La Grand-messe.

« C’est un projet qui est dans les tuyaux depuis près de 3 ans et qui m’a tout de suite enjoué. Je me souviens avoir suivi plusieurs étapes dans mes jeunes années et cette ambiance si particulière d’attendre les coureurs dans une grande convivialité. C’est ce qui transparaît dans ce documentaire »,explique-t-il.

Un film tourné en une vingtaine de jours qui privilégie les vraies tranches de vie, « pas moqueuses mais à la fois drôles et émouvantes ».

Sans aucune « voix off », on découvre ces personnages en train de vivre leur passion pour le Tour de France, vibrer pour les exploits des sportifs… Un documentaire fiction qui laisse transparaître un univers de passionnés que les non-initiés au cyclisme ne devinent pas. « Mais, pas besoin d’être un fan de vélo pour apprécier le film. C’est avant tout un moment de vie à suivre », assure Emmanuel Georges, ravi d’annoncer que son film enchaîne les nominations dans les festivals (Montreal, Bruxelles, Barcelone…) et les distinctions (Prix du public à Bruxelles, Meilleur doc à Trento…).

« Le succès est certain et j’en suis ravi. Nous sommes distribués dans tous les pays francophones, même au Canada. Depuis la sortie en salle en Belgique, le 1er mai, nous n’avons que des louanges. Le prochain défi, c’est la France car nous avons fait le pari de sortir le film au moment du lancement du Tour de France, le 3 juillet. Nous espérons rencontrer le succès », souhaite le producteur de Supermouche, qui ajoute que de nombreux projets sont déjà dans les tuyaux, « et pas que dans le milieu du sport ».

La Grand-Messe

Avant-première aux Cinés Palace d’Épinal

Mardi 11 juin à 20 h