- Publicité -100_468x60

Depuis plus de 80 ans, la Fête des Jonquilles de Gérardmer fait rêver, tous les deux ans, petits et grands, à l’occasion de son défilé. Un événement historique qui mobilise toute la ville autour de son joyau naturellement jaune, qui célèbre l’arrivée du printemps, dimanche 7 avril.

« La jonquille, c’est notre patrimoine ! », affirme avec fierté la présidente de la Société des Fêtes de Gérardmer, Nicole Curtit, lorsqu’on lui parle de la Fête des Jonquilles. Dans la Perle des Vosges, tous les deux ans à l’arrivée du mois d’avril, c’est l’effervescence à l’approche de la fête populaire tant attendue. Constructions de chars, balisage du parcours du corso fleuri en centre-ville de Gérardmer, mis en place des airs de parkings, cueillette, piquages, élection de la reine des Jonquilles… Durant plusieurs semaines, petits et grands s’impliquent pour que la ville de Gérardmer devienne la capitale de la jonquille.

« C’est une tradition dans les Vosges depuis 1935. Au départ, organisée tous les ans, elle est très vite devenue une fête biennale car son organisation est extrêmement fastidieuse. Il ne faut pas oublier que nous sommes tous bénévoles et que la plupart y consacrent leur temps libre et leurs soirées, après leur travail. De plus, les nombreuses constructions, autour de la ville, ont réduit les espaces de « culture » des jonquilles, ce qui oblige à laisser un an d’intervalle entre les événements pour avoir la garantie d’obtenir une fleur belle et en nombre suffisant », explique la coordinatrice de l’événement.

Historiquement, c’est en 1934 qu’une bande de copains motards revient d’une balade à motocyclette et décide d’orner leurs engins de quelques jonquilles sur le guidon et le garde-boue. Ce qui fait fureur à Gérardmer ! Un engouement tel que l’année suivante un cortège est créé. La tradition se perpétuera de génération en génération.
En 80 ans d’existence, plus de 1 350 chars ont vu le jour, même s’ils ne connaissent qu’une vie éphémère puisqu’ils sont détruits après le corso.

Dimanche 7 avril, ce sont plus de 50 000 visiteurs, venus de tout le Grand-Est, d’Allemagne, du Luxembourg et de Belgique, qui sont attendus pour observer les quelque 35 chars du corso 2019.

 

Toute la ville se retrousse les manches

Des écoliers aux employés municipaux, en passant par les associations locales ou les touristes, tous se mobilisent pour faire de la Fête des Jonquilles cet événement incontournable qui peut attirer jusqu’à 60 000 visiteurs le jour J. On se retrousse les manches ? Au commencement, la Fête des Jonquilles proposait quelques chars en bois et tissus. Aujourd’hui, les créations réalisées par les associations locales concoctent des constructions massives élaborées avec des grillages, dignes d’œuvres d’art. « Il n’y a jamais de thème car je ne veux pas avoir un corso où les chars peuvent se ressembler. Nous laissons libre court aux associations. Elles s’inspirent généralement de dessins animés ou d’actualités du moment », confirme la coordinatrice de l’événement depuis 2000 auprès de la Société des Fêtes de Gérardmer, Nicoles Curtit.

Des chars qui sont confectionnés par des équipes de constructeurs indépendants. « Ça peut être une bande de copains qui décide de se lancer le défi de créer un char ou des associations », ajoute-t-elle. Si, 5 à 6 mois de travail sont nécessaires pour la conception et la construction d’un char, l’effervescence autour de l’événement atteint son paroxysme lors des 3 dernières semaines, avant le défilé puisqu’il faut tout finaliser. Un mois avant, les organisateurs proposent le « Bal de l’élection de la reine », qui a vu cette année Ophélie Coutret décrocher l’écharpe de beauté (voir entretien ci-contre), devant Tessa Gavet et Clémence Grandpré-Mathieu. Toutes trois auront le privilège de défilé lors du grand corso fleuri, sur un char. Puis, elles représenteront la ville durant deux ans.

« Nous laissons libre court aux associations »

En plus des nombreuses réunions concernant le cortège, la sécurité et les différentes autorisations officielles, l’ultime semaine voit près de 1 500 écoliers gérômois se joindre aux bénévoles pour la cueillette des jonquilles dans les champs qui entourent la ville. « Qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il neige, car nous avons déjà vu de la neige pendant la cueillette des fleurs, les petites mains sont présentes dans les coteaux ou la jonquille éclot. Une main d’œuvre indispensable qui est la bienvenue pour le piquage sur les chars, ensuite », rapporte Nicole Curtit.

Et la tâche est ardue puisqu’il faut cueillir près de 6 millions de fleurs. Pas une mince affaire car, en moyenne, se sont 2 500 fleurs par mètre carré, soit 350 000 fleurs au total sur un char.

 

Ophélie Coutret « Reine des Jonquilles, un rêve devenu réalité »

Ophélie, félicitations pour votre écharpe de reine des Jonquilles 2019 que vous avez obtenez suite à l’élection de samedi 2 mars. Vous attendiez-vous à être lauréate ?

Je l’espérais fortement mais on ne peut jamais être certaine du dénouement de l’élection. Devenir reine des Jonquilles, c’est un rêve devenu réalité. J’ai appris à défiler et faire ce concours de beauté m’a surtout désinhibée car je suis d’un naturel réservé. Ça m’a aidé à prendre confiance en moi.

Vous avez toujours voulu faire des concours de beauté ?

Oui, ça m’a toujours donné envie, d’autant que ma maman a également été reine en 1994. C’est un beau passage de relais. De plus, j’ai été contacté par le comité Miss Vosges et j’ai été présélectionnée pour faire l’élection.

Votre année va, donc, être chargée puisque vous passez le bac S en juin.

Oui, c’est certain que devenir reine des Jonquilles va m’obliger à représenter la ville durant les deux prochaines années. Mais, je ne m’inquiète pas, j’arrive parfaitement à gérer mon emploi du temps.

Vous fêterez vos 18 ans le 13 avril, le corso fleuri sera, donc, une belle fête d’anniversaire en avance.

Oui, j’ai d’ailleurs hâte de découvrir le char sur lequel je serai présente. C’est une grande et belle fête populaire pour tous à Gérardmer.

 

Infos pratiques

Dimanche 7 avril, 14 h 30

49ème fête des jonquilles, Centre-ville de Gérardmer

Tarifs : 15 euros, gratuit pour les –de 10 ans

www.societe-des-fetes-gerardmer.org