Le Concert Spirituel.
© Eric Manas

Le Festival des Abbayes en Lorraine fête son quinzième anniversaire. Il ouvre sur la dernière saison d’un cycle de trois années de concerts et de conférences autour des jardins et de la nature. Au programme : fête, danse, épousailles dans des décors de rêve entre Moyenmoutier, Autrey et Munster car le festival s’exportera au cours de l’été.

Il y a plusieurs années que la façade de l’église abbatiale de Moyenmoutier a été dévoilée au public. La belle endormie fondée en 671 par saint Hydulphe et ses jardins de quatre hectares avait été cachée durant deux siècles par des bâtiments industriels. Après les thèmes « évocation et symboles », « enchantement et curiosité », cette année « ordre et désordre » sont à l’affiche.

Daniel Caquard, directeur artistique du festival, évoque le programme à venir comme une gourmandise alléchante : le vendredi 22 juin, la journée sera « particulière » avec « l’harmonie du chaos » et « le philosophe et le magicien ». La violoniste Elsa Grether jouera des pièces de Bach, Ysaÿe, Prokofiev puis le trio Talweg, des pièces de Beethoven et Schubert très émouvantes, comme le trio en mi bémol majeur.

Les 29 et 30 juin, les fêtes nuptiales seront marquées par une foire musicale aux plantes et un marché artisanal sur lequel on pourra acheter des plantes médicinales, découvrir le tissage végétal, apprendre à tailler les pommiers. Il y aura en outre des conférences et des animations dansées.

Ces jardins musicaux seront l’occasion de renouer avec le Ballet comique de la Reine, datant de 1581, premier grand ballet de cour bénéficiant du savoir-faire italien. Marguerite de Lorraine (1615-1672) à qui il est dédié fut la seconde épouse de Monsieur, frère du roi Louis XIII. Cette œuvre, prémices de l’opéra mêle théâtre, danses savante et populaire, musique, artifice et décors.

La nouvelle création apparaît comme une occasion de rassembler les spécialistes des différentes disciplines sous la forme de colloques ouverts et de conférences. La représentation organisée dans l’aile Sud de l’abbaye sera retransmise à l’extérieur (et gratuite) par Vosges télé. Et le concert sera suivi d’un grand bal Renaissance pour tous qui à coup sûr « jouyssance vous donneray ».

Le festival se poursuivra tout l’été avec les élèves des conservatoires de Nancy, Metz, les solistes de la maîtrise de Metz, l’orchestre symphonique de Saint-Dié-des-Vosges, l’union vosgienne des batteries fanfares, Lydie-académie de danse d’Epinal, des compagnies de théâtre universitaires…

Début juillet, les tourments de Beethoven feront vibrer les auditeurs avec notamment la 7e symphonie au thème obsessionnel, composée alors que le génie entrait dans la « nuit acoustique » et le concerto n° 3  très mozartien.

Puis on pourra entendre des madrigaux baroques de Monterverdi chantés sobrement par trois hommes, des motets exubérants de Marc-Antoine Charpentier ainsi que son fameux Te Deum, la Fenice interprètera un programme italien. En août, les paroles des absents de la grande guerre résonneront grâce à dix-huit femmes, au quatuor Zaïde et à la Tempête.

Pour finir, la viole de gambe chère à monsieur de Sainte-Colombe éblouira le public dans un lieu étonnant : la scierie de la Hallière à Celles-sur-Plaine. Pour finir, le concert Saint Siège ou Saint Empire, Tokay ou Pinot noir réunira des compositions hongroises grâce à l’ensemble Zene et à son tout jeune chef.

La saison 2018 promet d’être un cru exceptionnel mêlant musiques populaires et savantes, mélomanes curieux et habitués, sans jamais être élitiste !

Muriele Charlet-Dreyfus

Festival des Abbayes

  • Vendredi 22 juin 16 h à 23 h : une journée particulière
  • Vendredi 29 juin 21 h : « balet comique de la royne » 
  • Vendredi 29 juin 11 h à 00 h : fêtes nuptiales

Tarifs : 5 à 25 €

Tél : 03 29 57 91 03

Programme : www.festivaldesabbayes.com