Renan Luce, à gauche et son frère, Damien, très attendus sur la scène de Neufchâteau.
© ©Frank Loriou

Dans la famille Luce, je voudrais les deux frères. Le chanteur Renan et son aîné Damien, pianiste concertiste, déroulent leurs souvenirs d’enfance dans un spectacle musical et théâtral, entre guitare et piano. Rencontre avec Renan Luce.

Renan Luce, dans votre spectacle, Bobines, vous partagez l’affiche avec votre frère Damien. Comment est née l’idée d’une collaboration ?

Renan Luce Lors d’un concert unique, en marge de mes tournées, j’avais proposé à Damien de m’accompagner au piano. L’idée, c’était de partager la scène et de retrouver nos émotions d’enfants. On a vraiment découvert la musique tous les deux, on a construit notre envie de devenir musiciens pendant nos jeunes années. Nos routes se sont séparées ensuite, lui allant plus vers la musique classique et moi vers la chanson. On avait un peu perdu l’habitude de partager ces moments. C’est de là qu’est née l’idée de monter un spectacle ensemble. On y évoque notre enfance, notre découverte de la musique, notre lien fraternel, et comment nos chemins se sont séparés.

D’où vient ce titre ?

R. L. – Bobines fait référence aux cassettes audio que l’on enregistrait lorsqu’on était enfants, dans le sous-sol de nos parents, où l’on avait un piano. C’était un peu le point de départ de ce spectacle  : avant de l’écrire, on a réécouté toutes ces cassettes où l’on entend nos voix, nos chansons de l’époque, nos petites chamailleries… Ca a été une source d’inspiration forte pour nous deux.

Comment s’articule le spectacle, à mi-chemin entre chanson et théâtre ?

R. L. – On a voulu l’organiser de manière construite, avec une vraie mise en scène : on ne souhaitait pas que ce soit juste un concert. Il y a des petites scènes intercalées entre chaque chanson, c’est vraiment un dialogue qui s’instaure entre mon frère et moi. Il y a aussi beaucoup d’humour, des moments touchants. Ceux qui ont des frères et soeurs y retrouvent ce que c’est de grandir aux côtés de quelqu’un et de se construire ensemble.

On connaît vos chansons (NDLR : La Lettre, Les Voisines) mais un peu moins le travail de votre frère Damien. Cette collaboration, c’est une manière de le mettre en avant ?

R. L. – D’une certaine manière, même si ça répond surtout à l’envie de se retrouver sur scène. Damien n’est pas là juste pour m’accompagner, c’est vraiment un spectacle à deux  : il n’y en a pas un qui est plus mis en valeur que l’autre. Même si le spectacle tourne autour de mes chansons, il y a aussi beaucoup de place pour que Damien exprime ses talents de pianiste, de comédien ou de metteur en scène…. Ce qui est sûr, c’est que ce sera une belle découverte pour le public !

Comment expliquez-vous cette passion commune pour la musique ?

R. L. – Je pense qu’il y a une part de mystère, quelque chose que l’on ne pourra jamais comprendre. Damien a commencé à faire du piano lorsqu’on était enfants, puis je l’ai suivi l’année d’après. Je ne sais pas si la musique aurait eu une telle importance dans ma vie sans lui. C’est un dialogue qu’on a trouvé, une manière de communiquer ensemble. Très vite, on a su tous les deux qu’on en ferait notre métier.

Aimeriez-vous travailler à nouveau ensemble par la suite ?

R. L. – Ce qui est sûr, c’est que ce spectacle a ouvert une porte. Je pense qu’on s’était un peu perdus de vue artistiquement, chacun avait trouvé sa propre voie, et on pensait que l’autre n’y avait pas forcément sa place. On s’est rendus compte qu’il y avait quand même des passerelles possibles. Ce n’est évidemment pas exclu que l’on partage à nouveau nos univers respectifs !

Bobines de et avec Damien et Renan Luce

Samedi 10 juin, 20 h 30

Trait d’Union à Neufchâteau

Tarifs : 15/20 €

Tél. 03 29 94 08 77