WandaVision à découvrir sur Disney+.
© Disney+

WandaVision

Première production Marvel Studios pour la plateforme Disney+, WandaVision est aussi la première série à être directement issue du MCU, l’univers cinématographique de la Maison des Idées… qui continue de se déployer en streaming, crise sanitaire oblige. C’est, en outre, la proposition la plus intrigante parmi la litanie de projets à venir, dévoilés par la plateforme du studio aux grandes oreilles. Chronologiquement, la minisérie se déroule après Avengers : Endgame. Elle met en scène l’idylle entre Wanda, la sorcière rouge et Vision, l’omniscient protagoniste synthétique. Mais par quelle magie, puisque Vision (Paul Bettany) a été envoyé ad patres par le super-vilain Thanos dans l’avant-dernier volet de la saga ? Pour faire revenir le couple à l’écran, Marvel aura donc eu recours à un artifice qui promet d’offrir à la série toute sa singularité. Anéantie par la perte de son bien-aimé, Wanda (Elisabeth Olsen), qui détient le pouvoir de manipuler les probabilités, devrait créer une réalité alternative dans laquelle elle va faire revivre l’être aimé pour couler des jours heureux avec lui. Mais cet acte désespéré va avoir des conséquences sur le futur et le déroulement des événements dans le monde réel. Cette distorsion de la réalité annonce une fiction qui entend jouer avec les codes de la petite lucarne et des différents âges d’or de la fiction télévisée. Comme The Mandalorian, prolongement sériel de Star Wars, et ses nombreuses références cinématographiques, WandaVision promet de s’amuser avec les genres fictionnels qui ont fait l’histoire de la télé… en poussant le vice jusqu’à recréer les conditions de tournage des fictions de l’époque auxquelles elle rend hommage. Les premières images semblent promettre un drôle de mélange, entre la sitcom et la série d’action. Mais d’autres greffes et associations sont à prévoir. Alléchant.

Une minisérie en six épisodes de Jac Schaeffer. Avec Elizabeth Olsen, Paul Bettany, Teyonah Parris… Sur Disney+, à partir du 15 janvier.

Bande annonce de WandaVision :

 

The Good Lord Bird

Et si Ethan Hawke venait de s’illustrer dans son plus grand rôle ? Dans The Good Lord Bird, l’acteur, qui vient de fêter ses cinquante ans, incarne le véritable abolitionniste John Brown, dont les actions ont, dit-on, participé au déclenchement de la guerre de Sécession. Il excelle dans cette odyssée picaresque, qui mélange faits réels et extravagances à la Tarantino… souvent pour le meilleur.

Une série de et avec Ethan Hawke, Mark Richard, Beau Knapp… Sur Canal+ et MyCanal.

Bande annonce de The good Lord Bird :

 

Ovni(s)

Attention grande série. Dans les années 70, un ingénieur aérospatial est placardisé dans un obscur centre d’étude des phénomènes paranormaux. Ce qu’il va découvrir va chambouler ses convictions les plus profondes. Plus qu’une comédie de science-fiction (qui ose quand même le croisement entre X-Files et Au Service de la France), la série Ovni(s) se fait à chaque épisode plus passionnante et plus émouvante.

Une série de Clémence Dargent et Martin Douaire. Avec Melvil Poupaud, Michel Vuillermoz et Géraldine Pailhas. Sur Canal+ et MyCanal.

Bande annonce d’Ovni(s) :

 

The Personal History of David Copperfield

Alors que Netflix vient de dégainer sa propre version inspirée des aventures d’Arsène Lupin, Prime Video vient de récupérer les droits de The Personal History of David Copperfield, nouvelle itération des aventures du magicien créé par Charles Dickens. On regarde d’abord pour le casting de très haute tenue (Tilda Swinton, l’ex Docteur House Hugh Laurie, le Doctor Who Peter Capaldi…) et parce que l’homme derrière cette adaptation n’est autre qu’Armando Iannucci, créateur de la géniale série Veep.

Une série créée par Stefan Golaszewski. Avec Leslie Manville, Peter Mullan, Sam Swainsbury… Sur Arte.TV, à partir du 18 décembre.

Bande annonce de The personal history of David Copperfield :