De gauche à droite : Thibaut, Guillaume, Florian, Boris et Michaël.

La microbrasserie vosgienne créée en 2016 est devenue, en peu de temps, incontournable auprès des amateurs de bonnes mousses et des consommateurs qui privilégient les produits locaux de qualité. Victime de son succès, elle a fait le choix, en septembre 2019, de déménager et d’investir pour pérenniser son activité. Retour sur une « success-story », conjugué à cinq.

« La Fouillotte », drôle de nom pour une brasserie ! Si elle est de plus en plus connue pour les Vosgiens, c’est pour l’originalité de son nom et surtout pour la vingtaine de recettes et les neuf bières permanentes et très appréciées pour leur saveur et leur originalité, que la brasserie propose tout au long de l’année, que cette dernière a acquis sa réputation.

« En 2016, je préparais ma thèse en Master de chimie verte organique, sur les panneaux solaires, explique Thibaut Duchanois, initiateur du projet. Je vivais depuis 6 mois dans une ferme de Rupt-sur-Moselle, qui appartient à un oncle qui habite Tahiti. Et l’idée m’est venu de brasser ma bière de façon amateure, après avoir acquis un kit débutant en cadeau. J’étais en pleine réflexion sur mon choix de carrière professionnelle et après une concertation avec deux amis : Florian Moretti, collègue de promo et Boris Lubarda, un ami de longue date, ils n’ont pas tardé à accepter de me suivre dans cette aventure ».

La bonne idée était lancée et le nom choisi naturellement grâce à la dénomination du lieu-dit où les premiers brassages ont été réalisés. « C’est du patois vosgien qui signifie « feuille ». Ça illustre bien notre brasserie, d’une « feuille blanche » qui définit pas mal nos débuts. Il nous fallait trouver un logo simple et distinctif, avec un F facilement identifiable », ajoute le titulaire d’un bac +8 qui lui confère le statut de chimiste.

S’ils brassaient au départ pour les fêtes d’amis, les trois copains décident de se lancer et de vendre leur production. « Nos premiers bénéfices, nous les avons faits au Xerpils Festival, les 30 et 31 octobre 2016. On avait embouteillé la veille et nous n’avions que 3 sortes de bières. Nous avions fait ça « à l’arrache » mais nous avions bien vendu. Je m’en rappelle comme si c’était hier car c’était une semaine avant l’ouverture du magasin à Épinal », se souvient Thibaut avec une certaine nostalgie.

Si la manifestation xertinoise a été un vrai tremplin pour les jeunes brasseurs, il a fallu confirmer et acheter un matériel haut-de-gamme pour brasser facilement, « sans se prendre la tête ». Et le succès a été exponentiel puisque, tous les ans, le chiffre de production a doublé, aussi vite que la demande. Deux autres collaborateurs, Guillaume Valdenaire et Michael Georgel, ont rejoint l’entreprise et sont devenus actionnaires égalitaires.

« C’était une volonté que nous soyons tous égalitaires. Je pense que c’est plus sain et la réussite est plus belle collectivement, selon moi », soutient le chef d’entreprise, qui peut être fier du travail accompli et qui ne compte pas en rester là.

« Nous venons de déménager à l’emplacement de l’ancienne usine Bragard, en bord de Moselle, à proximité du quartier Bitola. La mairie d’Épinal a une forte volonté de développer cette zone en créant un futur éco-quartier. Nous voyons ça comme une opportunité de s’intégrer dans un lieu de vie fort, c’est pour cela que nous aurons une partie boutique qui aura un bar. Pas un lieu de vie nocturne mais davantage un espace « after-work ».

A terme, nous imaginons proposer un espace restauration une fois que l’éco-quartier et le parc à côté seront finalisés », confie-t-il, tout en gardant la tête sur les épaules, pour ne pas « griller les étapes ».

Un premier investissement lourd, proche du demi-million d’euros, auquel s’ajoute l’achat de plusieurs grosses cuves qui devraient permettre de doubler la production, qui est jusqu’alors de 8 000 litres par mois. « Nous ambitionnons de la quadrupler assez rapidement. Nous sommes dans une phase exponentielle », confie-t-il fièrement.

De quoi avoir une certaine confiance en l’avenir et agrandir la famille en embauchant d’autres collaborateurs.

Inauguration des nouveaux locaux de la Fouillotte : les 13 et 14 septembre

8, rue Christophe Denis, Épinal

www.facebook.com/LaFouillotte

L'ancienne usine Bragard se réveille enfin !Après quelques mois de travaux, nous avons pu faire notre premier brassin…

Publiée par Brasserie La Fouillotte sur Mercredi 21 août 2019

#serigraphie #lafouillotte #collectifle46Rendez-vous le 13 & 14 septembre 😉

Publiée par Association Le 46 sur Vendredi 6 septembre 2019