2 panneaux de prévention contre les tiques, inaugurés par Michel Heinrich à Épinal.

C’est un danger pour les promeneurs comme pour ceux qui aiment travailler le bois : les piqûres de tiques ne sont pas à prendre à la légère.

C’est pour cela que la ville d’Épinal vient d’installer deux panneaux d’information, dans des lieux très prisés par les randonneurs, afin de les sensibiliser de la dangerosité des maladies que les tiques peuvent transmettre aux hommes en cas de piqûre, notamment la borréliose de Lyme.

Ces panneaux ont été installés aux lieux-dits Fontaine Guéry de la 40 semaine et Malgré-moi proche de la déchetterie de Razimont.

Cette inauguration traduit la poursuite de l’engagement de l’ONF à participer à la sensibilisation et l’information de public fréquentant l’espace forestier.

La prévention est relativement simple : rester le plus possible sur les chemins ou sentiers ouverts, éviter de marcher  dans les grandes herbes, broussailles, fougères, porter des vêtements clairs afin d’éventuellement repérer la tique sur les effets portés, en sachant que la partie du vêtement la plus exposée est la partie basse, la tique ne vole pas, elle ne se perche pas dans les arbres, mais à l’extrémité des herbes, sur les fougères pour les plus hautes.

Porter des guêtres ou tout au moins fermer les accès au niveau des chaussures en rentrant le bas de pantalon dans les chaussettes afin d’obliger la tique à se déplacer à l’extérieur sur le pantalon sur la partie visible avec la possibilité de repérer.

De retour de forêt procéder à une inspection corporelle soigneuse, en passant la main en particulier sous les aisselles, dans les plis du coude, derrière les genoux, dans le cuir chevelu, derrière les oreilles ainsi que les parties génitales avoir en sa possession une pince tire tique pour faciliter l’extraction rapide de la tique le cas échéant, ainsi qu’un produit désinfectant que l’on utilisera après avoir enlevé la tique.

Penser ensuite à regarder régulièrement le point de piqure afin d’observer la survenance éventuelle d’un érythème migrant, rougeur autour du point de piqure d’une importance variable qui peut apparaitre plusieurs jours après la piqure. Si une telle rougeur apparait, il faudra consulter le plus rapidement possible votre médecin référent.